Brussels Airport Company a lancé un appel d’offres en vue d’acquérir 30 bus électriques pour le transport des passagers sur le terrain de l’aéroport mais également remplacer, au cours des deux prochaines années, 40 véhicules de service par des véhicules au gaz naturel.

Brussels Airport Company investit dans ces nouvelles technologies afin de réduire l’empreinte écologique de la plateforme tout en améliorant les services et le confort des passagers. Ainsi, Brussels Airport Company procède au renouvellement progressif de son parc de bus et de voitures sur le tarmac afin de réduire fortement les émissions de particules fines et de CO2, ainsi que les nuisances olfactives à l’aéroport.

/// Bus électriques connectés

Des bus électriques devraient ainsi circuler à Brussels Airport à partir de 2018 et permettre la réduction des émissions de CO2 de la plateforme de 600 tonnes par an. À Brussels Airport, les bus transportent les passagers des jetées aux avions et les passagers en transit entre la Jetée A et la Jetée B. Ils servent également au transport sur le tarmac lors d’événements ou de visites guidées et emmènent aussi le personnel et les passagers du terminal aux parkings de Brucargo ou inversement. Ce dernier trajet sera à terme assuré par la navette électrique autonome. Jusque-là, c’est un bus électrique qui sera utilisé.

« En tant qu’exploitant de l’aéroport, en 2011, nous nous sommes engagés à réduire nos émissions de CO2 de 20% par rapport à 2009 d’ici 2020. Chaque fois que nous achetons du matériel neuf, nous cherchons des solutions écologiques qui offrent en même temps un confort accru à nos passagers.», explique Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport Company.

A terme l’exploitant prévoit même d’installer le wifi et des écrans d’information dans les bus afin que les passagers restent connectés et informés.

/// 90% de particules fines et 20% de CO2 en moins

Outre l’achat de 30 bus électriques, Brussels Airport Company a décidé de rendre son propre parc de véhicules de service progressivement plus écologique et d’opter pour des véhicules propres chaque fois que c’est possible. Dans les deux prochaines années, les 40 premiers véhicules au gaz naturel devraient circuler à Brussels Airport, l’ensemble du parc étant ensuite remplacé au fil des ans selon les besoins.

Les véhicules au gaz émettent 90% de particules fines en moins et 20% de CO2 en moins que les voitures au diesel et à l’essence. Ils sont en outre inodores.

///

Visuel : Brussels Airport par Matthias Ripp sous (CC BY 2.0)

Laisser un commentaire