Après 12 années de développement et près de 4,9 milliards d’euros investis dans le programme C Series, le constructeur canadien Bombardier a livré hier le premier appareil C Series à l’aéroport Mirabelle de Montreal.

L’appareil est le premier des 30 avions commandés par Swiss filiale du groupe Lufthansa. Il quittera Montreal ce jeudi matin pour rejoindre sa base de Zurich pour prendre officiellement son service le 15 juillet prochain entre Zurich et Paris-Charles-de-Gaulle.

La compagnie helvète s’attend à recevoir cette année 9 exemplaires du CS100, 10 autres en 2017 et le reste en 2018. SWISS remplacera graduellement ses Avro RJ100 par les CS100. Ces derniers seront également exploités sur des liaisons vers Manchester, Prague et Budapest, puis dans le futur vers Bruxelles, Nice, Stuttgart, Hanovre, Milan, Florence, Varsovie et Bucarest.

/// Le seul avion 100-150 places en près de 30 ans

En ciblant le segment de marché des avions de 100 à 150 places, Bombardier a conçu les avions C Series pour qu’ils procurent un avantage économique inégalé aux exploitants et ouvrent de nouvelles possibilités aux opérations par avion monocouloir.

« Un nouveau programme comme celui des avions C Series ne se présente qu’une fois dans une vie et cette réalisation est rendue possible grâce à beaucoup», a indiqué Rob Dewar, vice-président du Programme d’avions C Series de Bombardier Avions commerciaux. « Cette première livraison est le point culminant d’un travail intense, de l’immense collaboration et du dévouement infatigable de milliers d’employés, de partenaires et de fournisseurs et je suis ravi de les applaudir aujourd’hui alors que nous célébrons la livraison sans faille du premier avion CS100 à notre cher client, SWISS. »

La gamme d’avions C Series affiche les plus hauts standards en termes de performances et de technologies embarquées. Selon Bombardier les appareils offriraient aux exploitants jusqu’à 13 millions $ US d’économie par avion.

/// Trois décennies d’aéronautique

Arrivé dans la fin des années 80 dans le secteur de la conception et la fabrication d’aéronefs, Bombardier a su tirer profit de la concentration du marché qui s’opérait déjà à l’époque pour acquérir des savoir-faire.

Spécialisé dans la construction de matériels de transports, Bombardier est entré dans le secteur aéronautique en 1986 en rachetant sa compatriote la société Canadair. Trois ans plus tard, Bombardier débute le premier programme de développement d’avions de son histoire : le programme du Regional Jet. Ce programme porte sur la mise au point d’un avion de ligne à réaction de 50 places conçu pour le transport régional qui aboutira à la naissance des Bombardier CRJ. En 1989, Bombardier rachète la société nord-irlandaise Short Brother PLC créée en 1908, avant de prendre possession de l’américain Learjet en 1990, puis de la société canadienne De Havilland Canada en 1992.

Après mûres réflexions et des années d’hésitation, Bombardier annonce en juillet 2008 le lancement effectif du programme d’avions C Series. Mais les ambitions de Bombardier pour le programme C Series, se heurtent aux conséquences de la crise financière mondiale. Le constructeur canadien peine à engendrer des commandes fermes pour ses futurs appareils et la santé financière du programme s’en trouve gravement fragilisée jusqu’à remettre en cause l’aboutissement. Les premières commandes de la part du groupe Lufthansa pour le CS100 et d’AirBaltic pour le CS300 ont donné une bouffé d’air au constructeur mais c’est finalement avec le concours du gouvernement du Québec, qui a investi 1 milliard de Dollars, que Bombardier a pu assurer l’avenir du programme CSeries.

La commande de 75 appareils par Air Canada confirmée la semaine dernière et la  commande de Delta Airlines, opérateur historique de la gamme CJR, sont autant de signes encourageant pour le programme CSerie.

AAF /// END

///

visuel principal : ©Bombardier / autres visuels : ©Vincent Massé – Tous droits réservés

Laisser un commentaire