La Société Aéroport de Bordeaux-Mérignac, gestionnaire de la plateforme aéroportuaire bordelaise, vient de lancer les grands travaux qui structureront son évolution les années à venir et accompagner sa croissance soutenue par un réseau aérien en fort développement depuis une dizaine d’années et l’arrivée des compagnies low-cost.

Trafic au roulage devant le hall B et la tour de Bordeaux Mérignac

Trafic au roulage devant le hall B et la tour de Bordeaux Mérignac

En dix ans la fréquentation de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à progressé de 104%, signant la plus forte évolution des principaux aéroports français, en passant de 3,33 millions de passagers accueillis en 2009 à 7,49 millions attendus cette année. Selon les études de l’aéroport, le trafic de la plateforme devrait atteindre les 10 millions de passagers en 2023. « Ces 10 millions de passagers sont un vrai cap pour la structure ! Il faut être en capacité d’accueillir tout ce trafic. » explique Pascal Personne, Directeur de l’aéroport Bordeaux-Mérignac. « On va travailler sur trois enjeux prioritaires : la capacité d’accueillir plus de passagers et d’avions, l’accessibilité de l’aéroport et le confort. On va garder notre modèle économique mais on va essayer de gagner en qualité de service un peu partout. » Une perspective qui conduit la société aéroportuaire à engager un plan d’investissements de 140 millions d’euros pour la période 2018-2023 qui comprendra la construction d’une nouvelle jetée internationale « Satellite 3 » dans le hall A, l’extension et la reconfiguration complète de son terminal low-cost « billi » et un grand terminal de jonction des halls A et B. La moitié de ce budget sera financer en fond propre et l’autre moitié par un emprunt.

Les projets d’évolution engagés par la société aéroportuaire intègrent aussi les prémices d’une démarche de transition énergétique et de réduction des consommations énergétiques, en déployant notamment des systèmes de basse consommation. « On va réfléchir cette année à ce que l’aéroport intégre le programme ACA (Airport Carbon Accreditation). La réflexion sera entamée dans le courant de l’été » a annoncé le Directeur. La mise en place d’équipements d’alimentation d’avions en «400 Hertz» est déjà programmée en 2019 et 2020 pour remplacer une partie des groupes électrogènes servant au démarrage des avions et réduire les émissions carbone côté piste.

/// Plus accessible et connecté à la ville

L’un des temps forts particulièrement attendus des usagers de la zone aéroportuaire est l’arrivée du Tramway au pied des aérogares programmée par Bordeaux Métropole pour le début de l’année 2022, en complément d’un Technobus, de la création de nouveaux parkings et d’un maillage routier modifié en amont de la zone. L’objectif général est la réduction du temps moyen de parcours des passagers entre le véhicule et l’avion, avec un cheminement homogène et confortable quelle que soit l’affluence.

 

/// Hausse de la capacité de traitement

Les perspectives de développement des flux nécessitent une extension de capacité. De 28 en 2018 (dont 3 pour le fret), le nombre total de postes de stationnement d’avions de type A320/B737 sera porté dès 2020 à 30 (2 postes supplémentaires pour le Hall A), puis à 35 en 2021 (4 postes supplémentaires pour billi, et 1 pour le fret).

Le Hall A qui accueille en plus du trafic européen et international opéré par les compagnies de réseau, celui de certaines compagnies low-cost choisissant les standards et les prix du hall A, comme Volotea, connaîtra une extension conséquente de la zone de contrôle d’accès et la création d’une infrastructure nouvelle et la rénovation du tarmac qui représentent un investissement de l’ordre de 15 millions d’euros. Lancée au premier semestre 2019, la construction de la nouvelle jetée internationale « Satellite 3 » offrira une capacité de 2,5 à 3 millions de voyageurs annuels. L’objectif est de pouvoir traiter simultanément quatre escales avions de type A320 pour les vols soumis au contrôle transfrontière, ce dès l’été 2020.

 

Connecté au « Satellite 2 » existant, la nouvelle jetée offrira 2.000 m2 d’espace dédiés au passagers avec notamment un espace de restauration avec des terrasses, une boutique de duty-free et un espace d’attente ludique pour les enfants. Concrètement, le Satellite 3 offrira 4 poste avions supplémentaires et 4 nouvelles salles d’embarquements modulables pour le pré-embarquement et disposera d’une batterie de 10 SAS « PARAFE* » biométrique qui permettront un gain de capacité de +40% des contrôles transfrontières. L’investissement pour le Satellite 3 représente un montant de 8,5 millions d’euros et 6 millions d’euros pour la construction et la rénovation des postes avions. Sa livraison est prévue pour l’été 2023.

Premier terminal low-cost en construction neuve en France, billi a connu un succès immédiat à sa mise en service en 2010 avec son modèle économique attractif pour les opérateurs low-cost. Il devrait accueillir à lui seul 4 millions de personnes en 2023, soit le double du trafic observé en 2017.

Terminal low-cost Billi

Terminal low-cost Billi

Il a déjà connu plusieurs chantiers capacitaires mais la création des bases easyJet et Ryanair impose maintenant une modification en profondeur de l’aérogare pour un montant total de 18 millions d’euros sur trois ans. Une première phase  est en cours pour l’extension et l’automatisation des systèmes d’enregistrement, d’acheminement et de contrôle des bagages de soute des vols au départ avec l’installation de douze bornes « self bag drops » de dépose autonome de bagages en soute qui doit être mis en service pour l’été prochain. En prévision de la saison d’été 2021, une extension de 5.000m2 sera créé dans le prolongement de l’aérogare existante sur la partie à proximité du fret. Cette dernière permettra au terminal low-cost de bénéficier de 20 SAS « PARAFE » (10 aux départs et 10 aux arrivées) pour permettre le traitement simultané de dix avions de type A321 d’une capacité jusqu’à 220 passagers en trente minutes, plusieurs fois en une journée. Quatre nouveaux postes de stationnement d’avion seront créés sur l’aire « Delta », afin d’étendre le nombre de vols traités simultanément, de six en 2019 à dix avant l’été 2021. Ces nouvelles surfaces sur l’aire « Fox » dédiée au fret, imposera un chantier pour maintenir la capacité de l’activité fret qui devrait se déplacer en face des agences Chronopost et TNT.

La première phase des travaux d’extension de billi pour le traitement bagage a déjà commencé mais le début de la construction de l’extension passagers doit elle débuter début 2020 pour une livraison attendue début 2021.

*(Passage Automatisé Rapide aux Frontières Extérieures)

/// L’aéroport de Bordeaux-Mérignac signe une hausse de trafic de +9,3% en 2018

visuels : AAF et Aéroport de Bordeaux

AAF /// END

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *