À l’occasion de la vente d’avions Rafale au Qatar, la presse se fait l’écho de garanties sur la fourniture de nouveaux droits de trafic en France pour la compagnie aérienne qatarie.

La compagnie pourrait en effet obtenir bientôt la possibilité de faire atterrir plusieurs vols par semaine à Nice et à Lyon, à raison de 3 vols par semaine selon le journal Le Monde. Cela lui permettrait, en plus de Paris qu’elle dessert déjà, de mieux alimenter son hub au départ et à l’arrivée de la France.

Un nuage dans le plan de vol d’Air France ?

La section Air France du Syndicat National des Pilotes de Ligne – SNPL Air France – à d’ores et déjà fait savoir son inquiétude pour le maintient de l’emploi à long terme. Syndicats et pilotes de ligne dénoncent la concurrence des compagnies du Golfe qui toucheraient de la part de leur gouvernement des subventions colossales.

Le SNPL Air France assure que la mobilisation des pilotes sera mise en œuvre sans hésitation pour s’assurer le soutien du gouvernement sur cette question. Il rappel que le chiffre d’affaires annuel d’Air France KLM est de 25 milliards d’euros, ce qui contribue positivement à la balance commerciale de la France, à comparer au marché en jeu aujourd’hui avec le Qatar d’un peu plus de 6 milliards d’euros.

La double menace, possible délivrances d’autorisations de dessertes supplémentaires pour la concurrence et potentielles grèves, intervient quelques jours après la présentation du plan Perform 2020 par la Direction Générale, avec l’ambition claire de faire d’Air France le premier réseau long-courrier au départ d’Europe, appuyé sur son hub de Paris-CDG.

Air France, qui fournit pourtant depuis plusieurs années de gros efforts pour rationaliser ses activités, ne parvient toujours pas à éradiquer les lignes non rentables de son réseau long courrier. Dans un contexte d’extrême concurrence la compagnie doit, pour tenir ses objectifs, économiser 650 millions d’euros sur la période 2015-2017.

De l’autre coté de l’Atlantique

Les principales compagnies US dénoncent elles aussi la concurrence faussée exercée par les compagnies du Golfe (Emirates Airlines, Etihad Airways et Qatar Airways). Elles avaient évoqué en mars, la somme de 40 milliards de dollars reçus sur 10 ans, résultat d’une enquêtes de 2 ans sur le financement de ces trois compagnies.

Le gouvernement fédéral Américain a fini par annoncer courant Avril l’ouverture d’une enquête publique sur le financement des compagnies aériennes du Golfe.

Emploi & ciel ouvert

L’annonce d’autorisations de dessertes supplémentaires pour le Quatar arrive alors même que l’actualité française et internationale relaient les alertes de compagnies appelant à des mesures de protectionnisme.

L’Élysée annonce ne pas mélanger les dossiers et jongle avec les intérêts nationaux pour essayer de satisfaire avionneurs, compagnies, aéroports et partenaires.

La potentialité économique du ciel français est confortée par l’ouverture de nombreuses lignes vers et depuis la France du fait de l’attractivité touristique du pays et de l’image positive des marques françaises. Les compagnies aériennes nationales doivent pouvoir profiter de l’ouverture du ciel européen et participer à la croissance du marché dans de bonnes conditions.

Laisser un commentaire