Perlan 2, premier aéronef sans moteur au monde conçu pour atteindre les portes de l’espace, a réalisé aujourd’hui avec succès son vol inaugural, avec une ascension à 5 000 pieds (1 500 m) au-dessus de Roberts Field, l’Aérodrome municipal de Redmond, dans l’Oregon.

Ce vol d’essai était le premier de cet aéronef, qui tentera l’année prochaine d’établir le nouveau record du monde d’altitude, toutes catégories confondues. L’objectif de ce projet consiste à réaliser de nombreuses découvertes dans les domaines du vol stratosphérique, du changement climatique et de l’exploration spatiale.
 ©AirbusGroup

La mission Airbus Perlan II est une aventure historique dans l’esprit des premiers pionniers de l’aviation

Tom Enders  CEO du groupe Airbus

Le planeur Perlan 2 a été développé par « The Perlan Project », une association à but non lucratif dirigée par des personnalités du milieu de l’aérospatial et de l’ingénierie. Elle est soutenue par Airbus Group et plusieurs autres sponsors, tels que Weather Extreme Ltd., United Technologies et BRS Aerospace.

Jim Payne et Morgan Sandercock étaient aux commandes du planeur lors du vol inaugural ; le premier d’une longue série qui attend l’équipe Airbus de la Mission Perlan II, afin de préparer le planeur à un vol de très haute altitude prévu en Argentine en 2016. Perlan 2 est un planeur pressurisé conçu pour intercepter les courants ascendants qui, dans certaines régions montagneuses proches des pôles Nord et Sud, peuvent atteindre la stratosphère. Les vols de l’année prochaine devraient pouvoir culminer à 90 000 pieds (27,4 km), soit plus que les altitudes jamais atteintes par n’importe quel autre aéronef à ce jour, y compris les avions-espions U-2 et SR-71.

Bien que dépourvu de moteur, le planeur affichera une vitesse réelle de plus de 640 km/h à haute altitude, où la densité de l’air n’est que de 2 % à peine de celle régnant au niveau de la mer. L’équipage sera alimenté en oxygène pur délivré par des masques à recirculation semblables à ceux qu’utilisent les astronautes dans l’espace.

Outre les deux hommes d’équipage, l’aéronef emportera des instruments scientifiques qui collecteront de nouvelles données relatives au changement climatique et aux couches hautes de l’atmosphère. Parce qu’il n’est pas motorisé, Perlan 2 pourra explorer l’orée de l’espace sans polluer l’atmosphère qu’il étudiera, apportant aux scientifiques un éclairage dans plusieurs domaines :

  • Comprendre la météorologie – Ce qui se produit dans les plus hautes couches de l’atmosphère influence le temps qu’il fait autour du globe. Perlan 2 pourra observer directement d’importants phénomènes atmosphériques qui, jusqu’à présent, n’étaient expliqués que par postulats.
  • Prédire le changement climatique – Perlan 2 recueillera et partagera des données avec les experts en atmosphère du monde entier, afin d’améliorer les modèles climatiques pour prédire plus précisément les changements climatiques et y apporter des solutions potentielles.
  • Diagnostiquer la couche d’ozone – Perlan 2 pourra prélever des échantillons d’air pur de la stratosphère, afin de mesurer les niveaux de substances chimiques destructrices d’ozone qui s’y trouvent et déterminer si la couche d’ozone se reconstitue ou continue de se dégrader.
  • Entrevoir l’avenir de l’aviation – Nombre de phénomènes météorologiques que Perlan 2 rencontrera à haute altitude agissent sur les performances et la sécurité des aéronefs, en particulier les avions de ligne qui tendent à voler toujours plus haut.
  • Et celui du vol spatial – Perlan 2 évoluera dans des conditions atmosphériques proches de celles de l’environnement martien, ce qui renseignera sur la manière dont des astronefs équipés de voilure pourraient un jour voler dans le ciel de la Planète rouge.

///

Visuels : ©AirbusGroup

Laisser un commentaire