Airbus a débuté cette semaine l’assemblage du premier exemplaire de la version longue de l’A350, son nouveau gros-porteur. Dans le même temps le constructeur ouvre trois nouvelles stations sur la chaîne d’assemblage final du site de Toulouse en France afin d’accélérer la cadence de production et satisfaire la demande.

A350-1000_FAL_Start___1

L’avion se trouve en ce moment sur la station 50, où s’effectue la jonction des tronçons du fuselage et du train avant et va maintenant rejoindre la station 40 pour recevoir ses ailes, son train principal, les pylônes et l’empennage. Pour optimiser le processus, Airbus débute en parallèle la fourniture de la cabine et la première mise sous tension de l’appareil. Viendront enfin la phase d’essais au sol, de pinçure, l’installation des éléments de la cabine et du cockpit et l’installation des moteurs avant le transfert de l’appareil vers le centre d’essais en vol.

Trois appareils d’essais seront construits et utilisés pour la certification. Le premier A350-1000 devrait prendre les airs pour son premier vol avant la fin de l’année et les premières livraisons sont attendues mi-2017 à la compagnie Qatar Airways, qui était déjà le client de lancement de l’A350-900.

Mesurant près de 74 mètres du nez à la queue, soit 1 mètre de plus que l’A380, l’A350-1000 est la version la plus longue que produit le constructeur européen. L’appareil peut accueillir confortablement 366 passagers dans une configuration typique de trois classes et parcourir jusqu’à 8.000 miles nautiques, soit plus de 14.800 Km. Il sera propulsé par le Trent XWB-97 de chez Rolls-Royce, le moteur le plus puissant jamais développé pour un appareil Airbus en capacité de produire l’équivalent de 97,000 lbs de poussée au décollage.

©Airbus

/// Accélération de la cadence de production

Pour assurer une flexibilité optimale et une bonne rentabilité, toutes les stations de travail de la chaîne d’assemblage final A350 XWB peuvent être utilisées pour les deux modèles -900 et -1000. Pour assurer la montée en cadence de la production Airbus a ajouté trois stations supplémentaires sur la chaîne d’assemblage final (FAL) de l’A350 XWB où sont assemblés les A350-900 depuis 2012. Une troisième station 50 destinée a l’assemblage des sections du fuselage et installation du train d’atterrissage avant; un quatrième poste 40 pour les ailes, le train principal et l’empennage; et une quatrième station 30 pour les tests au sol et l’ aménagement de la cabine et du cockpit.

Pour soutenir le rythme de production souhaité des A350-900 et A350-1000, Airbus va augmenter progressivement le nombre d’employés sur la ligne de production finale de 1500 à l’heure actuelle pour atteindre les 1900 personnes d’ici 2018. Le constructeur européen vise les 10 appareils A350 produits par mois fin 2018.

A ce jour le carnet de commandes de l’A350-1000, affiché au tarifs 2016 de 315,2 millions d’euros, totalise déjà quelques 181 commandes de la part de 10 clients.

///

Visuels : Airbus

Laisser un commentaire