Un préavis  de grève nationale a été déposé pour les journées du 20 et 21 mars, par l’Unsa, troisième syndicat représentant les contrôleurs aériens. La DGAC  a demandé aux compagnies aériennes de réduire leur programme de vols de 20% dimanche et lundi sur cinq aéroports français.

BOD Air France KLM - (c) AAF_AVIATION

La situation entrainera une perturbations du trafic sur l’ensemble du territoire mais l’annulation de 20% des vols concerne les aéroports d’Orly, Nice, Lyon, Marseille et Beauvais a indiqué la DGAC dans un communiqué. Le mouvement débutera dès demain matin, dimanche 20 mars à 6h jusqu’au mardi 22 mars 6h.

Le service minimum sera instauré et de nombreux contrôleurs aériens seront réquisitionnés partout en France pour continuer d’assurer le contrôle aérien d’en moyenne 50% du trafic prévu, la continuité territoriale avec la Corse et l’Outre-Mer, et la totalité des avions chargés d’assurer des missions de secours ou de défense.

Il est recommandé aux passagers de contacter leur compagnie aérienne ou agent de voyages avant de se rendre à l’aéroport pour connaître le statut de leur vol.

/// Mouvements aériens en hausse, effectif en baisse

L’Unsa proteste contre la décision « d’accélérer la baisse des effectifs ICNA en 2016, en passant le taux de remplacement des départs de 80% à 65% » qui apparait au yeux du syndicat comme « déconnecter des besoins opérationnels des centres de contrôle et les objectifs de régularité et de ponctualité assignés par l’Europe ». Le syndicat met en avant la bonne santé affiché depuis plusieurs année par le secteur de l’aérien et les compagnies qui renouent avec les bénéfices dans un contexte de croissance importantes attendu par ces derniers dans les prochaines années.

La DGAC aurait, selon le syndicat, pris un retard technologique considérable dans son équipement et le manque d’investissement ressenti au cours des dernières année se concrétise par des pannes de plus en plus fréquentes ayant des implications directes dans la chaîne de sécurité : extinctions d’écrans radars, système d’avertisseur de collision défaillant, redondance des systèmes suspendue, calculateur des plans de vol datant des années 1980.

Les contrôleurs aériens exigent de la DGAC qu’elle se dote de moyens pour réaliser les évolutions technologiques qu’elle ne peut plus différer. L’UNSA souhaite poursuivre les négociations et que le gouvernement garantisse, comme il s’y était engagé, la prise en compte et le financement des missions de la DGAC.

HOP-CRJ-700-FIgari-Jeune-(c)AAF_Aviation

AAF /// END

///

Laisser un commentaire