La CSTA, qui représente plus de 95% du secteur du transport aérien français dont Aigle Azur, Air Caraïbes, Air France, Chalair, Corsair Int’l, Hexair, HOP! Air France, Transavia France, XL Airways, salue l’annonce du Groupe Aéroport de Nice Côte d’Azur (ACA) de baisser ses redevances aéroportuaires d’environ 4% par an sur les saisons d’hiver des 10 prochaines années (2016-2025).

NCE - AAF_AviationCette décision s’inscrit dans le contexte de la future privatisation de l’aéroport de Nice Côte d’Azur. L’Etat, aujourd’hui actionnaire majoritaire des Aéroports de Nice et de Lyon, a décidé de céder sa participation majoritaire, soit 60% du capital.

La plateforme niçoise souhaite convaincre les compagnies aériennes européennes et internationales de développer les liaisons directes, de point à point vers Nice. Dans ce contexte plus que jamais, l’Aéroport Nice Côte d’Azur souhaite consolider sa place au niveau Européen en devenant un des points d’entrée important du trafic international en provenance de l’Amérique du Nord, de l’Asie et du Moyen-Orien.

Même si la CSTA aurait pu souhaiter que la baisse de redevances soit étendue à l’année, la dynamique de baisse sur le moyen terme, en phase avec ce qui se pratique ailleurs en Europe, mérite d’être soulignée.

/// Rester attractif au niveau européen

Les tendances au gel ou à la baisse des coûts se concrétisent partout en Europe. L’index des redevances à Amsterdam a baissé de 7,7% en 2015 et de 11,6% au 1er avril 2016, fin 2014, le gouvernement espagnol a pris la décision de geler la totalité des redevances pour tous les aéroports en Espagne, pour 10 ans.

/// Un poste qui pèse lourd pour les exploitants aériens

La CSTA souligne que pour les compagnies aériennes basées, le poste redevances aéroportuaires constitue un poste de coûts important. Aussi, sera-t-elle très attentive à ce que la dynamique proposée par l’ACA ne puisse être modifiée par le processus de privatisation en cours. Alain Battisti, Président de la CSTA rappelle que privatiser les aéroports de Lyon et de Nice ne relève pas de l’intérêt général mais d’une logique purement financière. Un aéroport en situation de monopole territorial n’est pas une entreprise comme les autres, transféré à des intérêts privés, il restera en situation de monopole.

AAF /// END

///

Laisser un commentaire