La scène s’est déroulée la semaine dernière à bord du paquebot le « Norwegian Breakaway » près des Bermudes. Un Falcon 50 de surveillance maritime de la Marine française, a effectué une série de passages bas le long d’un paquebot de croisière, une scène inhabituelle qui a semble t’il choqué un certain nombre de passagers qui se trouvait à bord du navire.

FALCONsurmarFALCONsurmar2

Après être arrivé sur le coté du paquebot, l’appareil a effectué à trois reprises des passages bas dans l’axe du navire, à hauteur du pont supérieur. Certains passagers, préoccupaient par la manœuvre inhabituelle se sont dit choqués et témoignent de leur peur sur les réseaux sociaux. Plusieurs témoins s’étonnent d’une telle manœuvre à proximité d’un navire de croisière et affirment que certains passagers terrifiés par la possibilité d’une attaque terroriste venue des airs ont été pris de panique. Bien que les manœuvres soient réalisées en toute sécurité, on peut le comprendre la peur des passagers à la vue de la vidéo impressionnante postée sur Youtube.

Ce type d’appareil, destiné a l’aviation d’affaires mais aussi par des forces gouvernementales pour des missions spécifiques, arbore une large fenêtre vitrée de chaque coté pour une meilleure vision de l’environnement extérieur pour des missions de reconnaissance et/ou de surveillance. Cette modification de fuselage ne laisse en effet que peu de doute sur l’identité de l’avion qui semble être un Falcon 50 de surveillance, SURMAR, maritime des forces gouvernementales françaises. Nous vous parlions de ces derniers il y a quelques semaines, lire l’article.

Selon le journal local Bernews, le département de l’aviation civile des Bermudes aurait identifié l’appareil comme appartenant à l’armée française et ajoute qu’un navire de la Marine française, le FS Monge un bâtiment d’essais et de mesures était aussi dans la zone à cette période mais qu’en revanche ses appareils n’étaient pas autorisés à effectuer des passages bas à haute vitesse autour de l’île.

Deux Falcon 50, dont le n°5 que l’on aperçoit sur la vidéo, étaient en effet mission sur zone le 24 juin dernier. La Marine nationale française met en œuvre huit Falcon 50 de Surveillance Maritime (Surmar) pour assurer ses missions de lutte contre la piraterie, les trafics et la pollution, de contrôle de la pêche, de recherche et de sauvetage en mer.

/// Des excuses aux autorités locales

Face aux réactions suscitées par la mise en ligne de la vidéo, les autorités françaises ont finalement présenté leurs excuses via un message de Mme Nicole Haziza, Consul Honoraire de France adressé à la rédaction du journal Bernews. Dans son message, le capitaine présente ses excuses au nom de l’équipage de la Marine Falcon française pour « toutes perturbations subies par le grand public en raison de l’activité de formation de l’avion de vendredi dernier. Nous comprenons que certains résidents et les visiteurs des Bermudes, en particulier, certains passagers de navires de croisière, ont peut-être été surpris ou effrayés, et pour cela, nous nous excusons sincèrement. » Il confirme que les deux Falcon menaient régulièrement des opérations en appui du navire FS Monge.

Selon ses déclarations les manœuvres du Falcon avait pour but la formation des équipages et explique que «voler bas et à proximité du navire est nécessaire pour aider les marins en détresse dans leurs manœuvre de mise à l’eau des radeaux de secours. » D’ans le message, l’équipage précise enfin avoir présenté ses excuses au Gouvernement et à l’aviation civile des Bermudes et n’avait aucunement l’intention de causer des perturbations.

D’autres passagers ont aussi exprimé leur contentement sur les réseaux sociaux à la vue du Falcon français à entrainement, allant même jusqu’à susciter la jalousie de nombreux passionnés d’aviation. C’est le cas du Capitaine du navire Kate McCue, qui à posté une vidéo sur son compte Instagram en commentant : « Fabuleux vendredi, survol de la Marine française ».

AAF /// END

///

visuels : ©Vincent Massé – Tous droits réservés et capture d’écran Youtube

Laisser un commentaire