Le constructeur européen a réalisé vendredi matin un vol historique au dessus de l’aéroport de Toulouse Blagnac en France pour saluer dignement le retrait du tout premier A320 sorti de ses usines en février 1987. Un hommage aux accents de passage de relais pour cet avion qui servait il y a quelques jours encore d’avion test au constructeur.

Il faut dire que l’appareil porte le numéro de série msn 001, celui du premier A320 construit par Airbus Industrie.  Il a décollé pour son vol d’adieu en fin de matinée pour effectuer un passage bas en formation au dessus du site de Toulouse entouré d’un A320neo et d’un A321neo, la nouvelle génération d’appareil monocouloir Airbus. L’appareil a ensuite effectué un second passage bas, seul cette fois-ci, pour saluer une dernière fois le Tarmac qui l’a vu naitre avant un départ en retraite bien méritée.

L’A320 msn 001 a en effet porté trois immatriculations au cours de sa riche carrière d’avion test. D’abord dévoilé en 1987 sans winglets sous l’immatriculation F-WWAI en version A320-100, il passe en 1991 sous l’immatriculation F-WWFT et est équipé de winglets plats en août 1995. Il sera finalement converti en version A320-211 en 2010 pour embarquer les derniers systèmes du constructeurs.

Cet A320 d’essai fût l’un des piliers de l’innovation Airbus et a été utilisé pour de très nombreux tests, allant de la certification des winglets puis des sharklets à l’étude de la turbulence de sillage derrière un A380 ! Repeint il y a moins d’un an, il arborait depuis l’inscription « Flight Lab » sur son fuselage. On se souvient aussi de lui avec une livrée spéciale, arborant fièrement un sourire de requin pour le lancement des Sharklets. Nous espérons que cet avion, qui fait parti du patrimoine aéronautique français et européen, sera conservé sur le territoire et montré au publique. Interrogé vendredi sur le devenir de l’appareil, Airbus n’as pas souhaité répondre mais l’appareil devrait rejoindre prochainement le musée aéronautique Aeroscopia implanté à Blagnac.

AAF /// END

///

visuels : Florent Péraudeau – Tous droits réservés, reproduction interdite

Laisser un commentaire