La compagnie low-cost britannique annonce l’ouverture d’une base à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à partir du printemps prochain avec 3 appareils A320 basés et 5 nouvelles destinations pour assurer un relais de croissance sur la plate-forme bordelaise. Il s’agit de sa sixième base en France.

Présente à Bordeaux-Mérignac depuis près de 11 ans, easyJet connait très bien la plateforme et les avantages économiques offerts part le terminal Billi, terminal à service simplifié et dédié aux opérateurs low-cost. Second opérateur à Bordeaux avec environ 28% de parts de marché, easyJet y propose cette année environ 180 vols par semaine vers 20 destinations avec un taux de remplissage des avions avoisinant les 93%, soit l’un des meilleurs scores du réseau easyJet. La compagnie enregistre depuis le mois de janvier une croissance de 15% et devrait atteindre les 1,8 millions de passagers à Bordeaux d’ici la fin 2017.

Depuis le début de l’année, les lignes loisirs d’easyJet plébiscitées par les bordelais sont Palma de Majorque, qui a été lancée cette année, Marrakech, Lisbonne et Barcelone. Les records de fréquentation sont observés sur les lignes Lyon, Genève et Londres Gatwick alors que les lignes les plus fréquentées par la clientèle d’affaires, qui représentent 17% des voyageurs, sont Lyon, Marseille et Nice. Pour le programme de l’hiver qui débutera en novembre, easyJet ajoutera des fréquences à plusieurs destinations sur le réseau domestique : une seconde fréquence sera ajoutée vers Nice et Lille mais aussi sur des destinations dites « city break » comme Bristol, Milan, Barcelone et Marackech. En revanche, la ligne Amsterdam subira une baisse de fréquence et sera proposée 2 fois par semaine.

/// Une sixième base easyJet en France

La création d’une base par la compagnie britannique représente un atout supplémentaire pour le développement économique de la métropole de Bordeaux et de la Nouvelle Aquitaine. « Depuis son arrivée, easyJet a connu un développement extraordinaire à Bordeaux. L’annonce faite aujourd’hui est une étape très importante pour le développement de l’aéroport de Bordeaux » explique Pascal Personne, Directeur de l’Aéroport de Bordeaux.

Cette annonce conforte aussi la place centrale de la France dans la stratégie d’easyJet. Elle demeure ainsi le premier pays d’implantation de la compagnie hors Royaume-Uni.
Dès le printemps prochain, la compagnie basera 3 appareils A320 de 186 sièges sur le tarmac bordelais et ouvrira 5 nouvelles destinations affaires et loisirs qui seront annoncées plus tard. L’ouverture de la base de Bordeaux portera à près de 22 millions de sièges la capacité en France dont plus de 2,2 millions à Bordeaux soit une croissance au niveau local de 21%. « Cette nouvelle base amorce un tournant dans nos opérations en termes d’amélioration des infrastructures et de notre programme de vol, avec plus de 5 routes dès le printemps prochain, ainsi qu’une accélération de notre croissance. » déclare François Bacchetta, Directeur easyJet pour la France. L’objectif visé à bordeaux par la compagne est clair : atteindre les 2 millions de passagers par an en 2018. Cette nouvelle base permettra aussi la création de plus de 110 nouveaux emplois directs, essentiellement des personnels de cabine et des pilotes, tous sous contrat de droit local.

Pour la saison d’été 2018, grâce à sa nouvelle base, easyJet proposera dès la fin mars 28% de fréquence en plus à l’aéroport de Bordeaux.

/// Développer et agrandir Billi pour soutenir la croissance d’easyJet

L’implantation bordelaise d’easyJet depuis plus de 10 ans, la maturité du marché, la fidélité de la clientèle locale et la politique d’investissement raisonné de l’Aéroport de Bordeaux comptent parmi les raisons qui ont imposé Bordeaux comme choix d’implantation pour une base easyJet. La plateforme propose en effet aux opérateurs low-cost son terminal Billi avec une redevance passager de seulement 3€ et des taxes d’aéroport faibles, qui en font en la matière « le meilleur aéroport de France » comme le commente un représentant easyJet. Mais le terminal à faible niveau de service Bordelais, victime de son succès, atteint maintenant la limite de ses capacités en terme de flux passagers. EasyJet souhaite voir l’infrastructure se développer pour accueillir d’avantage de passagers dans de bonnes conditions de voyage, dans une période où les contrôles de sécurité dans les aéroports se renforcent encore. « La fluidité est le premier confort pour le passager » assure François Bacchetta.

Ainsi, dès le premier trimestre 2018, le premier chantier de l’aéroport de Bordeaux sera l’amélioration et la reconfiguration de la zone d’inspection filtrage du terminal Billi en prévision de la croissance du trafic. La refonte structurelle que va subir la zone des « PIF » représente un investissement avoisinant les 350 000 euros pour l’aéroport mais doit permettre d’améliorer grandement la fluidité des passages de sécurités. « On réfléchit aussi avec esayJet sur des améliorations plutôt en 2019. Le développement d’easyJet nous conduira à ne pas laisser Billi dans son actuelle configuration » précise le directeur de l’aéroport de Bordeaux en ajoutant que parallèlement, des discussions sont en cours entre l’aéroport et les services de polices aux frontières concernant les effectifs de policiers et l’étude d’une mise en place à terme de portiques automatique de type PARAFE. Des dispositifs permettant de passer les frontières plus rapidement et de manière autonome mais toujours en cours de test et de validation en France.

AAF /// END /// LIVE ACTU

Charger plus d'articles

///

visuels : C.Alloing F.PéraudeauV.Massé et /// AAF


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *