Dix organisations syndicales d’Air France, parmi lesquelles les trois syndicats de pilotes appellent à une grève générale le 22 février prochain en réponse aux négociations annuelles obligatoires sur les salaires 2018 approuvées par la CFE-CGC et la CFDT.

Alors que la compagnie s’apprête à annoncer des résultats 2017 positifs « exceptionnels », notamment rendus possibles par les efforts de productivité concédés dans les plans Transform 2015 et Trust Together, les syndicats minoritaires semblent pour la première fois se fédérer pour s’opposer et dénoncer la « faiblesse » de l’accord salarial 2018 qualifié par le SNLP de « simulacre de négociation ». En conséquence, dix organisations syndicales appellent l’ensemble du personnel Air France, tous secteurs et tous métiers confondus, à une journée de grève générale le 22 Février 2018.

/// Augmentation de 6% : un caprice de « pilotes gâtés » ?

Alors que les grilles des salaires sont bloquées depuis 2011, la signature de l’accord salarial 2018 par la CFDT et la CFE-CGC ravive les tentions sociales dans l’entreprise et semble cristalliser la rancœur des salariés de la compagnie française. « Cette aumône est bien en deçà des attentes des salariés » argumente l’intersyndicale Air France dans un courrier adressé à ses adhérents. « Elle ne pourra compenser l’augmentation du coût de la vie et rattraper les salaires bloqués depuis 2011. ». Les syndicats réclament une augmentation de 10,7 % qui se décomposent en 6 % pour le rattrapage de l’inflation et 4,7 % en mesures d’efficacité et mesures liées à la productivité concédée avec le plan stratégique Trust Together. Pour le SNPL, « il n’est plus possible de choisir deux syndicats minoritaires et conciliants pour éviter toute réelle négociation avec les autres syndicats et, plus particulièrement, avec ceux représentant les pilotes. ».

Un nouveau conflit ouvert entre direction et pilotes semble se dessiner pour les prochains mois dans un contexte concurrentiel toujours aussi exacerbé, notamment avec le développement accéléré du low-cost long-courrier sur les hub historiques de la compagnie française à Paris avec Norwegian, French bee et Level la filiale du groupe IAG qui arrive à Orly en juillet prochain. Le risque d’une possible pénurie de pilotes au niveau mondial sur la prochaine décennie, qui a déjà fait parlé d’elle l’été dernier dans les cockpits de HOP! la filiale régionale d’Air France, pourrait jouer un rôle de poids dans les négociations à l’instar des avancées inédites obtenues par les pilotes Ryanair.

visuels : G.FévrierAAF /// END

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *