La première compagnie low-cost européenne n’en finit pas de surprendre. Hier jeudi 8 novembre 2018, la direction générale de I’Aviation Civile a fait procéder par voie de justice à Ia saisie conservatoire d’un Boeing 737-800 de la compagnie low-cost irlandaise Ryanair.

Cette mesure visait à contraindre Ryanair de rembourser les 525 000€ de soutiens publics qu’elle a perçu à tort de la part du syndicat mixte des aéroports de la Charente jugés illégaux par la Commission européenne par décision du 23 juillet 2014. Ces aides avaient été versées dans le cadre de l’activité de la compagnie sur l’aéroport d’Angoulême de 2008 à 2009 et la compagnie traînait des pieds à rembourser la Charente.

/// Avion et passagers bloqués

Le Boeing 737-800 EI-EBG qui assurait le vol FR1782 en provenance de Londres Luton a été saisi et placé sous scellés par les autorités à son arrivée à Bordeaux. L’appareil a ensuite été transféré vers un parking situé au pied de la tour de contrôle pour ne pas bloquer un des parkings du terminal Billi. Immédiatement, Ryanair a envoyé un autre appareil à Bordeaux pour récupérer les 149 passagers bloqués et assurer le vol suivant. Ils ont finalement pu être réacheminés vers Londres Stansted en fin de soirée, sur le vol FR1783 qui a décollé à 23h08.

BOD - Billi - AAF_Aviation

/// Appareil immobilisé jusqu‘au paiement

Cette mesure de saisie conservatoire de l’avion sur le tarmac de Billi, l’aérogare low-cost de Bordeaux-Mérignac a été prise en dernier recours par les autorités françaises après plusieurs mises en demeure et tentatives de récupération des aides financières qui ont échouées. Dernière action en date du syndicat mixte des aéroports de la Charente, une lettre de mise en demeure de paiement avait été transmise à la compagnie Ryanair le 28 mai denier mais n’avait pas eu d’effet positif sur le remboursement.

/// Dos au mur, Ryanair finit par payer

La mesure s’est avérée particulièrement efficace puisque Ryanair a fini par payer la somme réclamée dès ce vendredi matin et ainsi pu récupérer son Boeing 737-800 à Bordeaux dès cette après-midi. « La saisie a été levée à 12h30, la somme réclamée à Ryanair a été versée et la compagnie a récupéré son avion », confirme un porte-parole de la DGAC. Comme pour les conflits sociaux avec son personnels naviguant, la compagnie low-cost ne négocie qu’en dernier recours et ne semble ne réagir que sous la contrainte.

Alors que Ryanair annonçait hier la signature d’accords avec les syndicats représentant du personnel navigant dans plusieurs pays européens dont l’Allemagne et l’Italie, cette saisie conservatoire a écorné un peu plus encore l’image déjà bien entachée de la compagnie irlandaise, première low-cost européenne.

—♦—

visuels : Ryanair et AAF

AAF /// END

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *