L’aéroport de Marseille Provence présentait hier son bilan 2018 ainsi que les perspectives pour l’année 2019 et les étapes du grand projet de transformation de l’aéroport « Cœur d’aéroport » qui visent à installer durablement la plateforme dans le paysage des grands aéroports régionaux européens. Pour réaliser ses ambitions, le conseil de surveillance a débloqué une enveloppe de 500 millions d’euros d’investissement sur 10 ans.

En 2018, l’aéroport Marseille Provence a franchi une nouvelle étape en accueillant 9,4 millions de passagers (+4,3 %), soit près de 400 000 passagers supplémentaires par rapport au cumul de l’année 2017. Un résultat réalisé rappelons le dans un contexte social compliqué au printemps et à l’automne. Si l’aéroport a reculé d’un rang dans le classement des aéroports régionaux français 2018 au profit de Toulouse-Blagnac, Marseille Provence espère reprendre sa 3e place dès cette année en franchissant au passage la barre des 10 millions de passagers.

À Marseille, la croissance du trafic passagers de l’année 2018 a principalement été portée par les destinations internationales (+6 %). Le trafic international représente 61% du trafic total contre 39% pour le trafic national. Une répartition qui s’explique par le développement rapide des compagnies low-cost à Marseille comme dans d’autres aéroports régionaux. C’est la compagnie Volotea qui signe la plus grosse croissance de l’année 2018 grâce à l’ouverture d’une base (+78,3 %). Elle propose aujourd’hui 21 lignes à Marseille, dont 10 exclusives. Air France conserve sa position dominante à Marseille avec 2,7 millions de passagers en 2018, soit près d’un million de plus que son premier challenger.

Le trafic long-courrier continue de se développer (+26,3 %). La desserte de la Réunion par Air Austral remporte un franc succès et enregistre une progression de trafic spectaculaire de +387 % en proposant 2 vols par semaine toute l’année au lieu de 2 mois en 2017. Les lignes de l’axe Marseille-Canada se sont renforcées en 2018 et enregistrent de meilleurs remplissages. Les compagnies Air Transat et Air Canada ont d’ailleurs poursuivi leurs opérations au mois de novembre à destination du Canada. Par ailleurs les vols charter Korean Air en provenance de Séoul ont été doublé en 2018. L’activité d’aviation d’affaires est restée stable en 2018 malgré un gain de mouvement d’appareil lié au retour du grand prix de France de Formule 1 sur le circuit du Castellet, en juin 2018. Enfin, l’activité de fret est restée stable avec 56 695 tonnes traitées en 2018 (+1 %), confirmant la position de premier aéroport régional français et en Méditerranée occidentale pour le fret express.

/// De solides performances économiques en 2018

Malgré un premier trimestre impacté par des mouvements sociaux, Marseille Provence a réalisé un chiffre d’affaires de 148 M€ en 2018, en progression +5,7% avec un ratio EBE/CA de 31% qui lui permet de pouvoir envisager sereinement le déroulement de son plan d’investissement autofinancé. Le chiffre d’affaires aéronautique représente 28% du CA total, alors que 46% provient des recettes extra aéronautiques et 28% des taxes d’aéroport.

sas PARAFE à reconnaissance faciale à Nice

Au cours de l’année 2018, Marseille Provence a engagé 42 millions d’euros d’investissement pour des travaux de voirie et de stationnement, améliorer le parcours passagers avec une nouvelle signalétique, déployer de nouveau sas PARAFE à reconnaissance faciale et réaliser des travaux préparatoires au lancement du Cœur d’aéroport avec la création de nouveaux postes avion, la rénovation et l’extension du terminal 2, ou encore la finalisation de la centrale d’énergie.

/// 167 lignes au départ de Marseille en 2019

L’arrivée de 4 nouvelles compagnies aériennes à Marseille Provence en 2019 et la poursuite du plan d’investissement laisse entrevoir de belles perspectives de croissance avec en ligne de mire le franchissement de la barre des 10 millions de passagers cette année. L’année 2019 verra le retour d’une base Ryanair à Marseille en avril, avec 2 avions basés qui permettront à la low-cost irlandaise de proposer 11 nouvelles lignes, notamment des lignes aux temps de vol plus long telles que Ouarzazatte au Maroc. La Russie est aujourd’hui la 7e nation en terme de fréquentation touristique et l’ouverture en juin de 5 vols hebdomadaires vers Moscou par Aeroflot et Aigle Azur devrait renforcer cette tendance. La compagnie Sun express ouvrira une ligne vers Izmir, en Turquie et SAS viendra combler un manque à Marseille en lançant deux lignes directes vers les pays scandinaves au cœur de la saison d’été vers Stockholm et Copenhague. La compagnie Loda Motion, filiale de Ryanair ouvrira la ligne vers Stuttgart, en Allemagne. La Suisse bénéficiera d’une 4e fréquence hebdo vers Zurich opérée par SWISS et la compagnie British Airways ajoutera un vol quotidien avec un Night Stop en Provence, afin de proposer à la clientèle affaires des vols tôt le matin, tard le soir et permettre ainsi d’effectuer un aller retour vers Londres sur la journée. De nouvelles lignes seront aussi proposées par Volotea et easyJet. Au global les voyageurs marseillais pourront accéder cet année à un réseau de 167 lignes, dont 21 nouvelles vers 120 destinations dans 31 pays.

 

L’activité de Fret de la plateforme devrait encore progresser en 2019, notamment sous l’effet du transfert de Nice à Marseille du Fret Express de Chronopost qui devrait apporter plus de 1000 tonnes de fret supplémentaires à Marseille Provence.

/// Cap sur 2027 avec le « cœur d’Aéroport »

Pour développer et améliorer le confort et la performance opérationnelle de la structure, le conseil de surveillance a engagé un programme de 500 millions d’euros d’investissement sur les 10 prochaines années. « Nos actionnaires ont voté un programme d’investissement de 500 millions d’euros. Je ne connais pas beaucoup d’investisseur privé qui aurait accepté de le faire » explique Philippe Bernand, le Président du Directoire de l’Aéroport Marseille Provence. Initié en 2017, le projet de Cœur d’aéroport reliera les halls historiques A & B du terminal 1 à horizon 2023 et portera sa capacité d’accueil de 8 à 12 millions de passagers annuels. 2019 sera de nouveau une année d’étude avant la mise en œuvre des gros travaux et la pose de la première pierre début 2020. Quelques 46 millions d’euros d’investissement seront engagés en 2019 pour poursuivre l’amélioration de l’expérience passagers, la création parking à étages dont les travaux devraient démarrer en milieu d’année et la création d’une centrale thermo-frigorifique. 6,7 M€ seront investis dans la poursuite des études du projet d’extension du terminal 1 et dans le démarrage des travaux du futur cœur. Une enveloppe de 5,6 M€ sera engagée pour la poursuite et la finalisation des travaux d’extension et 5,4 M€ seront investis dans le démarrage des études et des travaux de création d’un nouveau parc à étages sur l’emprise du P3 existant, dont le dernier étage sera équipé de centrales photovoltaïques. L’aéroport a aussi souhaité réunir sur un même site l’ensemble de ses 340 employés et a opté pour la construction de nouveaux immeubles de bureau d’une superficie de 6200 m2 dont la livraison complète est prévue pour septembre 2020.

Pour servir l’activité touristique locale et accompagner la croissance des échanges économiques du territoire, la stratégie moyen-terme avancée par la structure consiste à développer le trafic point à point sur le bassin européen, renforcer les grands hubs, élargir l’activité long-courrier et poursuivre le développement d’un hub cargo entre le Maghreb et l’Europe. « C’est un enjeu collectif au service du territoire et au bénéfice de tous. » insiste Jean-Paul Ourliac, Président du conseil de surveillance de l’aéroport Marseille Provence. « Notre développement doit se faire en concertation avec l’ensemble du territoire et des communes environnantes. ». L’aéroport est donc aujourd’hui mobilisé sur le développement de nouvelles lignes directes internationales long-courriers, avec en priorité New-York et la Chine (particulièrement Pékin ou Shanghai). Marseille est par ailleurs toujours candidat pour l’ouverture de vols directs vers les Émirats Arabes Unis mais les compagnies du Golfe candidates ayant épuisé leur droit de trafic vers la France, l’aéroport reste suspendu aux résultats de l’étude de la concurrence des compagnies du golfe actuellement menée au niveau national et européen, attendus en juin prochain. L’ouverture d’une ligne Emirates vers Dubaï au départ de Marseille serait compatible avec les vols aujourd’hui proposés par la compagnie à Nice. « L’arrivée d’Emirates à Marseille ferait un peu d’ombre aux vols déjà en place à Nice mais il y a la place pour les deux sur ce marché » insiste Philippe Bernand, le Président du Directoire de l’Aéroport Marseille Provence et d’ajouter « Nous continuons à les courtiser car c’est une ouverture sur le monde et un produit hyper qualitatif. Dubaï est aussi aujourd’hui une destination d’agrément. ».

Vue 3D du futur aéroport de Marseille Provence

L’aéroport envisage ainsi son avenir avec sérénité et aborde les prochaines décennies avec une stratégie collective et ambitieuse à l’échelle de son territoire avec un soucis de différenciation de son positionnement et par l’innovation. L’inauguration du cœur du nouvel aéroport est prévue pour 2023 et celle de la future jetée au plus tard en 2027, ce qui laissera plus de 10 années à l’actuel gestionnaire pour développer la structure avec ses nouveaux équipements, la date de fin de la concession étant 2038.

—♦—

visuels : AAF et AMP
AAF /// END /// LES DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *