Ce jeudi 7 novembre matin, certains bureaux de la Direction Générale d’Air Austral ont été perquisitionnés par l’Autorité de la Concurrence française dans le cadre d’une enquête sur la non reconduction des droits de trafic de la compagnie Corsair entre la Réunion et Madagascar.

Air Austral, compagnie aérienne française spécialiste de l’océan Indien, a souhaité apporter des précisions et explique dans un communiqué adressé à notre rédaction qu’une mise sous scellés a été réalisée ce matin dans certains des bureaux par l’Autorité de la Concurrence française. « Cette perquisition est en lien avec le dossier de non reconduction par les Autorités Malgaches des droits de trafic temporaires de la compagnie Corsair entre la Réunion et Tananarive en 2018. La procédure de mise sous scellés est une procédure classique, mais reste une opération quelque peu surprenante et spectaculaire » explique le transporteur.

La compagnie a confirmé qu’elle collaborerait pleinement avec les Autorités dans le cadre de cette enquête. « Je vous tiendrai informés des résultats qui seront obtenus à l’issue de l’enquête, ce pourquoi je reste totalement confiant. L’intégrité de notre compagnie que je représente fait en effet partie de mes priorités absolue mais aussi de nos valeurs communes », indiquait Marie Joseph Malé, PDG d’Air Austral, dans son message adressé cet après-midi à l’interne.

Rappelons que depuis début 2018, Corsair revendique le maintien de ses droits de trafic sur la ligne Réunion/Madagascar, ouverte en 2017 en soulignant un risque de retour à une situation de monopole qui aurait pour conséquences une baisse du trafic et une augmentation des prix pour les utilisateurs.

—♦—

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES

AAF /// END

visuel : PROKirk & Barb Nelson sous (CC BY-NC-SA 2.0) resized & color ajusted

 



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *