Le groupe Air France–KLM a confirmé sa commande annoncée en juillet dernier portant sur l’acquisition de 60 Airbus A220-300 plus 30 en option, en vue de la modernisation de sa flotte de monocouloirs. Comme il était à prévoir, ces 60 appareils seront exploités par la compagnie Air France.

Air France-KLM exploite actuellement une flotte de 159 appareils Airbus et déploie une stratégie de simplification et de rationalisation de sa flotte qui vise notamment la réduction du nombre de type d’avions et de cockpits présents pour faciliter la formation et la progression de son personnel navigant technique (pilotes) et limiter ses coûts.

Les Airbus A220-300 sont motorisé par des PW1500G Geared Turbofan de Pratt & Whitney et doivent permettre une réduction de la consommation de carburant d’au moins 20 pour cent par siège par rapport aux avions de la génération précédente. Les premières livraisons sont espérées à l’automne 2021. Ces appareils sont destinés au remplacement des A318 et A319 vieillissants à partir de 2021 mais le groupe, encore aujourd’hui, n’a pas fixé l’appareil qui remplacera les nombreux A320 et A321.

Si Air France s’était un temps montré plutôt sceptique sur l’économie de carburant possible avec la famille A320neo, jugée insuffisante versus les A320ceo du fait des temps de vols relativement courts sur le réseau domestique, la version remotorisée du monocouloir européen semble pourtant toute taillée pour se substituer aux exemplaires déjà présents tout en proposant une empreinte environnementale plus faible et plus à même de satisfaire les objectifs d’Air France en la matière.

/// Vers une version rallongée de l’A220 ?

Si l’A220-300 est énergétiquement très efficace, il souffre en revanche d’une capacité plus faible que les A320neo et A321neo. En octobre dernier lors d’une présentation dédiée aux investisseurs, Benjamin Smith, Directeur Général du groupe Air France-KLM, a présenté le plan de simplification de la flotte Air France qui mentionnait un A220-500, une version rallongé de l’A220 toujours pas officialisée mais qui pourrait être envisagée après 2025.

Le groupe Airbus est aujourd’hui focalisé sur son objectif principal, à savoir la montée en cadence globale de la famille A320 pour atteindre les 63 appareils produits par mois dès 2021 et le développement d’une nouvelle version de l’A220 ainsi que sa certification s’avèreraient coûteuses pour l’avionneur.

L’ajout d’un tronçon de fuselage à l’A220 permettrait de gagner de 20 à 25 sièges supplémentaires sur 4 à 5 rangées, ce qui viendrait semble-t-il cannibaliser le segment des avions de 150 à 180 sièges qu’occupe l’A320neo, qui reste le produit le plus rentable de la gamme Airbus. Interrogé à ce propos par notre rédaction début octobre, Airbus avait alors réitéré sa position du salon du Bourget « nous restons attentif aux demandes des compagnies aériennes ». Une telle version de l’A220, réclamée par une poignée d’opérateurs, a-t-elle une chance de voir le jour à moyen-terme ? Rien n’est moins sûr !

—♦—

/// Toulouse-Blagnac et Air France testent en première mondiale un véhicule à bagages autonome

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES

AAF /// END

visuels : Airbus et Air France



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *