L’Association du transport aérien international (IATA) a critiqué la décision prise par le gouvernement français pour permettre au groupe ADP l’opérateur de Paris-Charles de Gaulle (CDG) et Paris-Orly (ORY) pour permettre à ce dernier d’augmenter les redevances aéroportuaires pour la periode 2016-2020.

© ADPLa décision du gouvernement français ignore la recommandation de la Commission indépendante consultative aéroportuaire. La Commission avait pourtant conclu que l’intérêt public serait mieux servi avec une diminution des redevances Aéroports de Paris (ADP) sur la période.

«La connectivité est cruciale pour les économies modernes. La France ne fait pas exception. Et augmenter les tarifs à un moment où l’amélioration de la compétitivité est une préoccupation fondamentale n’aide pas. Avec cette décision, les voyageurs aériens devront mettre davantage la main au portefeuille pour voyager de et vers la France. Parallèlement, toutes les entreprises qui d’une façon ou d’une autre dépendent des marchés mondiaux seront impactées. Je demande instamment au gouvernement Français de reconsidérer sa décision « , a déclaré Tony Tyler, directeur général de l’IATA.

IATA et d’autres intervenants ont pourtant démontré au cours du processus de consultation que la diminution annuelle des redevances aéroportuaires permettrait d’améliorer l’attractivité des principaux Hubs Français et que cela servirait les intérêts communs de l’ensemble des voyageurs aériens, d’ADP, et des usagers de l’aéroport. La Commission consultative aéroportuaire, dont le rôle est de conseiller le gouvernement français sur la réglementation économique des aéroports, partageait ce point de vue.

« Avec un plan de développement solide et la réintégration des revenus des activités de détail dans les aéroports, les frais d’utilisation pourraient sensiblement diminuer chaque année. L’infrastructure aéroportuaire Française est un atout national qui doit être nourrie par les avantages économiques qu’il catalyse. Il est profondément décevant que le gouvernement ait choisi d’ignorer cette occasion en or d’accomplir une solution gagnant-gagnant en faveur d’une décision qui rendra plus coûteux les voyages d’affaires et de tourisme français », a déclaré Tyler.

Le projet d’accord avec l’Etat sur ses redevances aéroportuaires d’ADP prévoit finalement un niveau hors inflation gelé en 2016 mais qui pourra être relevé jusqu’à 1,25% par an de 2017 à 2020.

Une concurrence européenne exacerbée

ADP dont le chiffre d’affaires a augmenté en 2015 de 5,1% à 1,422 milliard d’Euros au premier semestre avait déjà enregistré un bénéfice opérationnel en hausse de 8,8% en 2014 pour un montant de 737 millions d’euros. Le groupe avait fait connaitre sa volonté de devenir à moyen terme le leader européen en terme de trafic passager.

De son coté, l’aéroport Anglais Heathrow, leader européen, réorganise en ce moment ses redevances aéroportuaires et veut taxer davantage les avions les plus bruyants et polluants dès janvier 2016. Ce dernier, déjà en situation de saturation, attend la construction d’une troisième piste pour faire progresser son trafic et concerner la place de leader face à des entités mieux dotées en terme de pistes utilisables simultanément comme Roissy (4), Schiphol (3) et Francfort (3).

Rappelons que l’aéroport de Schiphol à Amsterdam en lien capitalistique avec ADP, avait baissé de 7,7% ses redevances aéroportuaires en 2015.

Les groupes Aéroports de Paris et NV Luchthaven Schiphol (« Schiphol Group »), qui exploite l’aéroport d’Amsterdam Schiphol, avaient conclu fin 2008 un accord-cadre de coopération industrielle et de prise de participations croisées de 8 % du capital pour créer une alliance de premier plan dans l’industrie aéroportuaire mondiale. Cet accord d’une durée initiale de 12 ans représente une opération statégique décisive entre deux des plus importants groupes aéroportuaires européens mais n’empêche pas les distorsions tarifaires entre les deux entités.

Air France – KLM la course impossible

Dans le même temps le coût des redevances s’élève à 500 millions d’euros par an pour le groupe Air France, avait indiqué en mars Alain Battisti, le président de la Fnam à nos confrères de l’AFP. Une augmentation des redevances pourrait avoir comme effet de continuer de creuser l’écart de compétitivité important qui existe entre les deux compagnies du groupe Air France- KLM. Pour la compagnie nationale Française il serait alors quasiment impossible de rivaliser économiquement avec la grande soeur Néerlandaise qui part déjà avec une avance économique confortable. Une sorte de cerise, sur un gâteau de charges déja indigeste.

///

Visuels : © ADP / « Laéroport de Paris-Charles-de-Gaulle 2010 02 » by takato marui from Osaka, Japan – Uploaded by Paris 17. Licensed under CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons.

Laisser un commentaire