L’Europe souhaite renforcer la coopération en matière de recherche et développement spatial entre les pays et soutenir la compétitivité du secteur spatial européen face à l’évolution rapide du marché spatial mondial. Le 10 mars, l’association internationale sans but lucratif « ESRE » a été officiellement établie à Bruxelles en présence des cinq centres membres fondateurs : CIRA (Italie), DLR (Allemagne), INTA (Espagne), NLR (Pays-Bas) et ONERA (France).

ONERA.png

Avec la création de ESRE, pour « Association of the European Space Research Establishments », les centres de recherche publique fondateur de l’association et leaders de la recherche spatiale européenne, ont décidé de renforcer leur coopération et de proposer des actions de R&D en commun afin de faire progresser la fine pointe de la science ainsi que les technologies innovantes. Ces actions de R&D sont aussi lancées pour contribuer à la résolution des grands défis sociétaux et pour soutenir la réponse européenne.

L’ESRE poursuivra deux missions clé. Intensifier la coopération entre les centres de recherche pour élargir la base scientifique et technologique en soutien à l’industrie spatiale européenne

et parler d’une seule voix pour la recherche spatiale en proposant aux gouvernements et institutions européennes une approche commune de la R&D dans le domaine spatial sur le moyen et le long terme.

Après une première phase d’évaluation, ESRE a identifié plusieurs domaines comme  particulièrement prometteurs pour des actions de R&D de prochaine génération : les constellations de petits satellites collaboratifs, les futurs lanceurs, les technologies rentables pour sous-systèmes de satellites et la surveillance des gaz à effet de serre par satellite.

En 2016, ESRE prévoit d’entamer des consultations et des discussions avec le secteur spatial européen.

AAF /// END

///

visuel : Space Engine par K putt sous (CC BY-NC 2.0)

Laisser un commentaire