EXCLUSIF ! En collaboration avec le site «Defense’Aero» 

L’avion léger de surveillance et de reconnaissance ALSR aperçu vendredi dernier a Bordeaux-Mérignac est destiné a l’Armée de l’Air Française, devrait entrer en service dans le courant de l’année 2018 et sera rejoint par un second appareil du même type courant 2019.

Le King Air 350 du constructeur américain Beechcraft, a effectué un vol d’essais sous un numéro de vol spécifique aux appareils confiés à Sabena technics. L’appareil arbore une immatriculation provisoire en «F-W» [F-WTAP] destinée aux phases de justify.

L’achat de l’appareil avait été annoncé il y a plusieurs années mais n’aura été confirmé qu’en juin 2016 par la DGA (Direction Générale de l’Armement) qui souhaitait un avion capable d’effectuer des missions de renseignement avec une faible empreinte logistique et une facilité de déploiement accrue. Le contrat de 50 millions d’euros prévoit l’achat de deux appareils et l’installation de capteurs Thales dans les ateliers bordelais de la société de maintenance aéronautique Sabena Technic.

L’avion sera mis en oeuvre par l’Armée de l’Air française pour le compte de la Direction du Renseignement Militaire (DRM) et de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) avec pour objectif de disposer de capacité complémentaire aux drones MALE. Le futur moyen ISR (Intelligence, Surveillance, Reconnaissance) réalisera des missions de surveillance et de recueil d’informations électro-magnétiques (conversations téléphoniques, radios, satellitaires, etc…) et optiques à l’aide de capteurs dont il sera équipé.

Les deux avions pourraient prendre la relève des deux Transall C-160 « Gabriel » utilisés actuellement pour le ROEM (renseignement d’origine électro-magnétique).

AAF /// END

///

DR.

visuel : Guillaume Carré 


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *