Suite à une panne des installations dédiées au tri des bagages de soute, la journée du dimanche 30 juillet 2017 a été marquée par un rallongement des temps nécessaires aux opérations d’enregistrement, une baisse de la performance du tri et des problèmes d’acheminement de certaines valises.

Survenue dimanche 30 juillet 2017, aux premières heures de la matinée, avant le départ de la première vague, une panne des installations dédiées au tri des bagages a perturbé les opérations de la plateforme aéroportuaire. Tandis que les experts commençaient à rechercher les causes de ce dysfonctionnement, l’autorité aéroportuaire a mobilisé des ressources internes et procédé à la coordination de tous les partenaires de la plateforme afin de pouvoir procéder à un traitement manuel des bagages et mettre en place un système alternatif. La panne a rapidement pu être attribuée à un court-circuit survenu dans le système de commande du tri bagage principal. La réparation a nécessité une intervention majeure qui s’est terminée vers 18h30.

Un fonctionnement en mode dégradé a donc été maintenu toute la journée pour permettre aux quelque 30’000 passagers au départ de Genève de prendre leur avion. Malgré tout, une centaine de vols a accusé un retard dépassant parfois les 15 minutes, mais aucun n’a dû être annulé à cause de cette panne. Ce dispositif n’a toutefois pas suffit à absorber le pic de fréquentation survenu en milieu de matinée. Pendant environ une heure, des bagages se sont accumulés devant les enregistrements du terminal principal, avant d’être chargés sur des chars et évacués vers des zones de stockage. Selon une estimation provisoire, quelque mille valises n’ont pas pu être chargées à bord des avions de cette vague matinale et ont été, pour une large part d’entre elles, acheminées sur la rotation suivante tandis que les autres suivront dans les meilleurs délais. Dans un communiqué, la Direction de l’aéroport présente ses excuses aux passagers ayant eu à subir des désagréments tout au long de cette journée difficile.

La panne de cette installation cruciale sur une plateforme aéroportuaire est survenue alors qu’un projet prévoit de la remplacer entièrement d’ici à 2022, pour répondre aux besoins croissants générés par la croissance du nombre de passagers pour satisfaire aux nouvelles exigences en termes de sûreté et de contrôle des bagages de soute. En outre, de nouvelles machines permettront de substituer à l’actuelle imagerie en deux dimensions de type radiologie vers une lecture en trois dimensions de type tomographie.

AAF /// END

/// LIVE ACTU

Charger plus d'articles

///

visuel : par Caribb sous (CC BY-NC-ND 2.0)


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *