Le vieux continent ne fait décidément plus le poids, le fleuron de son industrie choisit la Chine pour établir un second centre de recherche et développement. L’avionneur européen vient de signer un accord-cadre de coopération afin d’accélérer l’innovation aéronautique dans le pays.

pôle d'innovation Airbus en Chine de Shenzhen

C’est à Shenzhen, ville située dans le sud de la Chine et considérée par beaucoup comme la Silicon Valley du pays, qu’Airbus a choisi d’implanter son pôle d’innovation ACIC : Airbus China Innovation Centre. Airbus a également signé un accord-cadre de coopération avec Invest Shenzhen pour établir un partenariat stratégique à long terme en vue d’accélérer l’innovation et de façonner l’avenir de l’aviation.

Le centre aura pour finalité d’accélérer la Recherche et le Développement (R&D), l’application et l’industrialisation de l’expérience en vol, la connectivité, le déploiement des nouvelles énergies et la mobilité aérienne urbaine des aéronefs sans pilote [UAV]. Il s’attachera aussi à cultiver un écosystème matériel et logiciel intégré qui repose sur une R&D avancée en aéronautique et une chaîne de valeur avancée dans le domaine de la fabrication de Shenzhen.

LUO Gang, le CEO d’Airbus China Innovation Centre depuis juillet, doit gérer l’implantation du pôle d’innovation d’Airbus dont l’ouverture officielle est prévue avant la fin de l’année 2017. Le pôle « ACIC » est déjà entré en discussion avec les principaux partenaires des industries concernées et compte aussi un certain nombre d’initiatives en cours dans les domaines du vol autonome, de l’UAM et de l’expérience en vol.

/// innovation + production = compétitivité

Le nouveau pôle permettra de renforcer l’écosystème d’innovation mondial étendu d’Airbus, qui comprend déjà un pôle d’innovation aux USA dans la Silicon Valley. Si l’initiative du groupe Airbus parait guidée par le bon sens économique, tant les perspectives du marché local sont importantes et les avantages économiques sont nombreux, le risque pour l’Europe de ne pas voir revenir certaines productions sur le territoire européen est pourtant bien réel.

On se souviendra du projet E-Fan, l’avion tout électrique biplace destiné à l’apprentissage de l’aviation dont une version monoplace avait fait son premier vol en 2014.

Airbus avait dans un premier temps annoncé vouloir implanter une usine de production et de formation près de Pau, dans le sud de la France, pour finalement prendre la décision stratégique d’abandonner le projet début 2017 en rappelant que l’avion avait contribué à fournir des technologies à d’autres projets du groupe. Le constructeur souhaite notamment pouvoir mener à terme son projet ambitieux d’avion hybride 90 places pour l’aviation régionale et si le groupe Airbus réserve pour l’instant les plus prestigieuses productions à l’Europe, dont celles des A380 et A350 exclusivement assemblés en Allemagne et en France, où seront basées les futures lignes d’assemblage ?

/// Une production s’internationalise

Airbus a ouvert à Tianjin, en Chine, une chaîne de production de la famille A320 opérationelle depuis 2009, puis en septembre dernier une chaîne de finition et de livraison destinée aux appareils long-courriers de la famille A330 assemblés en Europe et destinés au marché asiatique. En 2016, une nouvelle chaîne d’assemblage d’A320 voyait le jour aux États-Unis pour le marché américain et cette année c’est Airbus Helicopters qui a débuté la construction d’une ligne d’assemblage de H135 à Qingdao, dans l’Est de la Chine. Une première ligne hors d’Europe pour la filiale du groupe qui aura une capacité de production initiale de 18 hélicoptères H135 par an et doit être opérationnelle dès 2018.

AAF /// END /// LIVE ACTU

Charger plus d'articles

///

visuels : Airbus et F.Péraudeau


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *