L’escadrille de la SPA 124 Jeanne d’Arc EC 1/5 Vendée Orange souffle cette année ses 100 printemps. Une cérémonie officielle était organisée hier mercredi 20 juin sur la base aérienne 115, à Orange, dans le Sud de la France.

Créée le 4 avril 1918 sur l’aérodrome de la Noblette, dans le département de la Marne, l’escadrille SPA124 était à l’origine formée par le personnel français de la N124 Lafayette et volait sur SPAD S.XIII, un biplan de chasse monoplace français de la Première Guerre mondiale conçu par Louis Béchereau. Les Spad XIII de la SPA124 étaient identifiables grâce à la bande blanche inclinée sur l’arrière du fuselage.

En mai de la même année, l’escadrille effectuera 209 sorties et vont abattre 4 Drachen (ballons) et 12 avions, harceler à la mitrailleuse les troupes et colonnes ennemies engagées. L’escadrille de chasse SPA124 s’est notamment illustrée durant l’offensive ennemie sur le « Chemin des Dames » mais aussi lors des combats pour la défense de la ville de Reims. Le Lieutenant  Humières, premier commandant de l’escadrille jusqu’en août 1918, proposa le buste de Sainte Jeanne d’Arc comme emblème, symbole par excellence de la libération de la France de la menace étrangère, pour immortaliser ces actes héroïques. Un clin d’œil à l’histoire de celle qui s’est aussi battue en Champagne pour la libération de la France. L’escadrille comptera pas moins de 26 victoires homologuées au moment de sa dissolution en février 1919.

Durant la seconde guerre, la SPA 124 prit part à la bataille de France à bord de MS406 ou encore Bloch 152. Dissoute en 1940, elle réapparaît à Dakar en Dewoitine 520 avant d’être dissoute à nouveau. Elle est réanimée à la fin de la guerre et vole sur des P39 airacobra avant de passer, une fois la guerre terminée, sur P63C kingcobra ; avion avec lequel elle prendra part aux combats de la guerre d’Indochine.

En 1950, le GC Vendée dont fait partie la SPA124, déménage sur la base d’Orange où elle y est encore stationnée. L’heure est aux avions à réactions qui se succèdent au sein de l’escadrille. Le « Jeanne » volera ainsi successivement sur le vampire, puis Mistral, Mystère II C, Mystère IV A, Super Mystère B2, Mirage III C, Mirage F1 C, Mirage 2000 C, pour finir aujourd’hui sur des Mirage 2000 RDI.

De nos jours, l’escadrille de la SPA 124 part régulièrement en OPEX et a pour mission de veiller au respect et à la souveraineté nationale de l’espace aérien du sud-est de la France.

Sur la dérive de ce Mirage 2000, peinte pour l’occasion, on peut identifier  le visage de Jeanne d’Arc, symbole de l’escadrille, un Dauphin Royal, symbole de la ville de Reims et les lettres « R F » entremêlées qui symbolisent le jumelage récent de la SPA 124 avec les Gendarmes. Sous le fuselage, on observe l’un des 3 bidons peints avec la fréquence d’interception, destinés aux missions de sûreté aérienne. La posture permanente de sûreté aérienne est une mission prioritaire de l’Armée de l’Air qui met en place un dispositif actif 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, pour assurer la souveraineté de l’espace aérien national au travers de trois missions : détecter, identifier et intercepter tout intrus dans l’espace aérien national.

visuels : V.Massé et Collection FX-Bibert
AAF /// END

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

 


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *