La première compétition d’avions de course électriques, la Air Race E doit se tenir en 2020. Sorte de formule 1 aérienne, huit avions à propulsion électrique s’affronteront à une vitesse impressionnante de l’ordre de 450km/h (280mph) à seulement 10 mètres du sol sur un circuit fermé de 5 km.

Le E-Racer de la Team Condor Aviation, l’un des avions qui participera à cette course d’un nouveau genre organisée par Air Race Events en partenariat avec le groupe Airbus était présenté en avant première au salon aéronautique de Dubaï. Cet aéronef est une adaptation du modèle « White Lightning », une formules un des airs des années 1980 et 1990. Le résultat a déjà fière allure, avec sa pointe avant élancée et ses deux hélices contre-rotatives qui lui confèrent le charme tout particulier, un peu suranné, des avions d’autrefois.

E-RACE Team Condor Aviation

Tout commence en 1979 au Royaume-Uni dans l’atelier d’un constructeur de Midlands, où un aéronef Cassutt, un avion de sport et de course monoplace conçu aux États-Unis en 1951, se voit transformé de fond en comble avec comme objectif de construire une machine de course hors normes. En 1980, le projet de retrofit arrive à son terme et le nouvel avion, appelé « White Lightning », s’élance en course avec Andrew Chadwick aux commandes. Durant deux décennies le White Lightning qui a couru plusieurs courses par an et été deux fois couronné champion à Meaux, en France, et à Rochester, au Royaume-Uni avant que ne sonne l’heure de sa retraite.

Aujourd’hui, le « White Lightning » pointe à nouveau le bout de son nez pour ouvrir une nouvelle page d’histoire des courses aériennes dans un format encore inédit. Martyn Wiseman, responsable de la Team Condor Aviation, a fait l’acquisition d’un ancien modèle de Cassutt White Lightning pour le moderniser. Un travail d’équilibriste pour trouver le bon équilibre entre poids et répartition de la puissance pour obtenir des performances optimales au moins équivalentes à celles délivrées par le moteur à piston d’origine. « La première étape consiste à moderniser l’avion pour retrouver ses performances d’origine », explique Martyn. « Dans un deuxième temps, nous concevrons un système de propulsion personnalisé pour que l’avion soit prêt à courir. »

L’avion est de conception classique avec un fuselage renforcé en tube d’acier, des ailes en bois entoilées et un réservoir carburant logé derrière le moteur. Pour la Air Race E, la Team Condor Aviation a équipé l’avion d’un groupe motopropulseur à contre-rotation qui fournit une alimentation électrique continue alimentée par une batterie de ~ 20 kWh qui remplace le réservoir. Côté performance, ce E-Racer avec ses 4,6 m d’envergure pour 375 kg de masse au décollage affiche une puissance maxi en continu de 150 kW.

 

A l’instar de l’équipe Condor Aviation, d’autres équipes inscrites à l’Air Race E développent actuellement leur propre avion en utilisant les cellules existantes ou à partir de zéro, dans la pure tradition de la course aérienne dans laquelle les équipes sont fortement impliquées dans la conception et la construction des avions.

—♦—

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES

AAF /// END

visuels : Airbus



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *