Ce week-end dans la nuit du 5 au 6 décembre 2020, les échantillons de l’astéroïde Ryugu collectés par la sonde Hayabusa2, opérée par l’agence spatiale japonaise JAXA, ont atterri sur la Terre dans la région désertique de Woomera en Australie, après un voyage d’environ un an. Une première étape réussie pour la sonde japonaise Hayabusa n°2, qui signifie « faucon pèlerin » dans la langue du pays du soleil-levant, partie en 2010 mais dont la mission va être prolongée et se poursuivra jusqu’en 2032.

Moment historique pour la communauté scientifique mondiale ce week-end dans le désert australien, car c’est la première fois que des fragments d’un astéroïde primitif carboné sont ramenés sur terre pour être analysés.

 

Les échantillons prélevés sur Ryugu, un astéroïde vieux de 4,6 milliards d’années que la sonde Hayabusa2 a atteint en février et juillet 2019, sont arrivés sur terre à bord d’une petite capsule après un voyage de quelques 300 millions de Km jusqu’à la planète bleue.

Les phases d’analyses des échantillons impliqueront notamment le CNES, le CNRS et des universités françaises via des analyses préliminaires réalisées au Japon avec MicrOmega, un microscope hyperspectral développé par l’IAS et livré par le CNES qui permettra des analyses non destructives et sans contact avec le matériau afin de déterminer sa texture et sa composition. Cet instrument directement installé dans la chambre de conservation des échantillons construite par la JAXA, sera opéré par une équipe franco-japonaise.

Durant la phase d’analyses détaillées ultérieure une vingtaine de chercheurs français du CNRS seront ensuite intégrés au sein de l’équipe pluridisciplinaire internationale d’analyse des échantillons.

//// Mission prolongée jusqu’en 2032

Tout comme OSIRIS-REx, MMX et MSR, la mission « aller-retour » Hayabusa2 a pour objectif de collecter et de rapporter sur la Terre des échantillons extraterrestres en vue de leurs analyses par des instruments très performants que l’on ne peut envoyer sur place.  La sonde Hayabusa 2, qui embarque le robot franco-allemand MASCOT poursuivra sa mission dans l’espace lointain et vise désormais deux nouveaux astéroïdes qu’elle tentera d’étudier.

Après un petit transit de 6 ans en orbite autour du soleil pour l’étude d’exoplanète et la récolte de données sur la poussière dans l’espace lointain, la sonde japonaise mettra le cap sur l’astéroïde 2001 CC21 découvert en février 2001 qu’elle atteindra en juillet 2026 et rejoindra enfin 1998 KY26, un astéroïde Apollon découvert en mai 1998 par l’université d’Arizona qu’elle doit atteindre en juillet 2031. 

Hayabusa 2 devrait ainsi être en mesure de réaliser la première observation rapprochée d’un petit astéroïde en rotation rapide.

Vue 3D de l’astéroïde 1998 KY26

Vue 3D de l’astéroïde 1998 KY26

Separateur fin article

visuels : JAXA et G.Miyazaki sous (CC BY-SA 4.0) 

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *