Tristement historique pour le secteur de l’aérien, l’année 2020 n’aura pas épargné la plateforme aéroportuaire de Bordeaux-Mérignac en mettant un coup d’arrêt à une décennie de croissance ininterrompue (+133% en 10 ans) de l’aéroport.

L’application des mesures gouvernementales de restrictions successives des déplacements imposées depuis le mois de mars 2020 aura en effet coûté pas moins de 56 jours sans aucun vol commercial de passagers.

Alors qu’il se préparait à accueillir 10 millions de passagers en 2023, l’Aéroport de Bordeaux ne comptabilise que 2,3 millions de passagers en 2020, soit une baisse de trafic de 70,6% par rapport à 2019  avec 7,7 millions de passagers.

/// Le national repasse devant l’international

Logiquement, le trafic international est le plus touché avec un recul de 76,5% et 1.082.000 passagers enregistrés. Les grands hubs intercontinentaux subissent cette crise de plein fouet  et affichent des faibles performances : Amsterdam (-67,4%), Barcelone (-85,2%), Lisbonne (-73,4%), Madrid (-78,5%), Zurich (-86%). Quelques destinations purement touristiques comme Grenade, Fuerteventura, Mykonos, Porto, Prague, Tenerife ou Vienne terminent en repli plus modéré mais seules les liaisons régulières vers Charleroi, Genève, Bâle, Marrakech, Fès obtiennent des scores meilleurs que la moyenne.

B737 Ryanair à Bordeaux

Les vols domestiques ont été limités mais dans une proportion moindre et enregistrent un recul de 61,9% (1.171.000 passagers) qui permet au domestique de repasser devant le trafic international ce qui n’était plus le cas depuis 2016.

Paris, en tête de peloton, termine l’année avec 400.150 passagers transportés en recul de 67% par rapport à 2019 mais les principales transversales comme celles de Lyon, Marseille, Nice et Strasbourg, évoluent dans une fourchette conforme à la tendance générale, entre -53% et -66%.

/// easyJet dépasse Air France à Bordeaux

Après la fin du premier confinement, en mai dernier, puis à nouveau en fin d’année durant la période des fêtes, l’assouplissement des directives nationales a permis de retrouver un certain niveau d’activité en exploitant près de 60% du réseau des liaisons de 2019 au départ de Bordeaux. Le trafic de l’aéroport de Bordeaux reste très largement « low cost » en 2020 avec 62% du trafic global de la plateforme.

Airbus A320 G-EZUH livrée spéciale BORDEAUX

La compagnie easyJet est devenue la première compagnie de la plateforme en nombre de passagers transportés (740.000) suivi par Air France/KLM (682.000), Ryanair (400.000) et Volotea (194.000). Parmi les compagnies régulières, c’est Air Arabia qui a le mieux résisté (-38%), suivi de KLM (-62%) et Royal Air Maroc.

///  Les projets au cœur de la stratégie 2021-2023

En dépit du contexte de crise, l’aéroport de Bordeaux a poursuivi de nombreux projets en 2020 pour capter toutes les opportunités pouvant soutenir la reprise du trafic aérien. « Le réseau aéroportuaire bordelais a déjà démontré lors des précédentes crises, son fort potentiel à rebondir. Nous serons heureux de participer à la reprise des échanges très attendus par les entreprises et par tous les néo-aquitains dans leurs déplacements aériens personnels ou professionnels, même si le contexte reste incertain. Nous suivons étroitement l’ensemble des opportunités qu’offriront les compagnies aériennes dans les semaines à venir afin d’accélérer cette dynamique de reprise. » explique Thierry Couloumiès, président du Directoire de la SA ADBM par intérim.

Terminal low-cost Billi

Si la dernière phase du programme initial de transformation du terminal a dû être gelée pour entamer une réflexion pour améliorer les conditions d’exploitation du terminal à bas coûts « billi » et l’adapter aux contraintes de distanciation qui pourraient demeurer tout en permettant le traitement de six vols simultanés, le chantier de la future jetée internationale a rapidement repris et devrait entrer en service mi-2021.

En 2021, débutera les travaux de remplacement des façades monumentales du Hall B côté ville qui apporteront une amélioration en termes de performance énergétique tout en conservant sa signature esthétique vitrée datant de 1996.

Les travaux de la future station intermodale aux pieds du hall B se poursuivent de manière à intégrer les voies du tramway dont l’arrivée reste programmée pour 2022 et la mise en service du Technobus dans sa desserte définitive.

Separateur fin article

/// Croissance record de +13,3% en 2019 pour l’aéroport de Bordeaux-Mérignac

visuels : AAF

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *