Destiné à des applications civiles, gouvernementales ou militaires, le drone de grande élongation de Thales, UAS100, sera capable d’opérer dans un rayon supérieur à 100 km grâce à un système de propulsion hybride alliant sécurité, autonomie et discrétion.

Associant un haut niveau de sécurité hérité de l’aéronautique à une compacité requise par les drones, l’UAS100, dont l’objectif est de réduire le coût et l’impact environnemental des missions pourra notamment survoler des zones peuplées dans le respect des réglementations européennes à venir dite CS-LUAS.

Au cours des dix prochaines années les drones devraient intégrer l’espace aérien par centaines de milliers et représentent un potentiel commercial considérable pour répondre à des besoins opérationnels variés tels l’inspection de grandes infrastructures, la sécurisation de zones côtières, frontalières ou de grands évènements, la recherche de victimes ou encore les missions de défense. L’UAS100 de Thales doit ainsi pouvoir répondre aux besoins opérationnels en évoluant en cohérence avec la circulation aérienne générale.

Avec un rayon d’action envisagé de plus de 100km, un système de navigation robuste au brouillage et deux moteurs électriques couplés à un moteur thermique, ce drone doit être à la fois discret pour opérer au dessus des zones habitées et résilient aux défaillances grâce à un niveau de redondance inégalé sur le marché des drones légers.

Cette innovation qui préfigure les solutions de la mobilité aérienne de demain a été réalisée en un temps record grâce à un partenariat étroit associant Thales à Issoire Aviation, pionnier de l’avion carbone, et Hionos, spécialiste des solutions logicielles de pilote automatique pour drones.

L'UAS100 de Thales à l'échelle 1/2

L’UAS100 de Thales à l’échelle 1/2

L’UAS100 échelle 1 devait ainsi mesurer 5,4 m d’envergure et disposer d’une autonomie de vol pouvant atteindre 5h avec une capacité d’emport de 10 kg de charge utile.

La version définitive de présérie du drone UAS100 devrait prendre son envol en 2022. Thales et ses partenaires visent dans un premier temps une certification européenne pour des vols en dessous de 150m d’altitude courant 2023.

Separateur fin article

/// Azur Drones déploie Skeyetech sur le terminal Oiltanking de Copenhague

visuel : Thales

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *