Malgré une forte accélération de la production et des livraisons d’appareils entamée dès la fin 2017, le constructeur européen souffre en ce début d’année de difficultés avec les motoristes qui ralentissent les livraisons sur le segment des monocouloirs sans pour autant compromettre son objectif de livrer environ 800 avions commerciaux cette année.

Au cours du premier trimestre 2018, le programme A350 a connu deux succès avec la livraison du premier -1000 et le 1er vol de la version Ultra Long Range mais la mine est plus triste du côté du programme A330, dont le démarrage commercial de la version « Neo » est moins rapide qu’attendue et qui oblige Airbus à réduire les livraisons d’A330 dès 2019.

Les 3 premiers mois de 2018, Airbus a enregistré 45 commandes nettes d’avions commerciaux, contre 6 avions au 1er trimestre 2017 et 68 commandes brutes, dont 20 exemplaires d’A380 pour Emirates Airline. Le carnet de commandes atteint 7 189 avions commerciaux au 31 mars 2018. Les  commandes nettes d’hélicoptères sont en progression et représentent 104 appareils, contre 60 commandes nettes sur la même période en 2017.

/// L’A320neo pénalisé par les moteurs

S’agissant du programme A320neo, Airbus et ses motoristes se sont engagés à livrer environ 800 avions commerciaux, conformément à l’objectif annuel, ce qui annonce un plan de charge particulièrement intense au second semestre 2018. « La situation est délicate pour tout le monde, mais la confiance exprimée par les motoristes et leur aptitude à honorer leurs engagements nous permettent de confirmer nos prévisions pour l’exercice complet. L’objectif de livrer environ 800 avions commerciaux augure tout de même d’un plan de charge particulièrement intense cette année. » Tom Enders, CEO d’Airbus.

PW1100G-JM Pratt & Whitney

Airbus commence à recevoir de Pratt & Whitney de nouveaux moteurs GTF spécialement modifiés pour renforcer les joints d’étanchéité du moyeu arrière, et les livraisons d’avions équipés de ces moteurs ont pu reprendre. Le constructeur travaille aussi étroitement avec l’autre motoriste de l’A320neo, CFM International, qui s’emploie à rattraper les retards de production auxquels il a été confronté. Compte tenu de la forte demande de l’A320neo et de son important carnet de commandes, Airbus a lancé une étude de faisabilité auprès de la chaîne d’approvisionnement pour accélérer les cadences de production.

"Tango November" Airbus A330-941 NEO

En ce qui concerne le programme A330, la transition vers la version « Neo » se poursuit à bon rythme, avec une certification et une première livraison toujours attendue cet été mais une nouvelle évaluation du programme pousse Airbus à réduire les livraisons d’A330 à 50 par an environ dès 2019 faute de nouvelle commande. Le programme A350 devrait atteindre la cible des 10 livraisons mensuelles d’ici la fin de l’année.

/// L’A400M toujours au cœur des préoccupations

Du côté d’Airbus Defence and Space, les prises de commandes comprennent un A330 MRTT supplémentaire faisant suite à la décision de la Belgique de rejoindre la flotte multinationale européenne de ravitailleurs de l’OTAN. Quatre A400M ont été livrés au premier trimestre. Le rééchelonnement des livraisons du programme des clients de lancement est actuellement revu à huit exemplaires par an à partir de 2020. Le groupe s’emploie à sécuriser des commandes à l’export, à fournir les capacités militaires, à respecter le nouveau calendrier de livraison et à remettre à niveau les avions en service conformément aux souhaits des nations partenaires. Ainsi, la finalisation de l’avenant contractuel des A400M et le respect des livrables restent les priorités clés de cette année pour Airbus Defence and Space, qui avec ce programme joue sa santé financière et sa réputation.

A400M malaisien

visuels : BriYYZ sous (CC BY-SA 2.0) – Airbus et R.Khanna-Prade

AAF /// END

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

Laisser un commentaire