La compagnie low-cost repousse à 2030 son objectif d’intégrer des avions de ligne à propulsion électrique mais affirme sa confiance dans la technologie de la start-up Wright Electric EasyJet qui prévoit ainsi de passer à 100 % de propulsion électrique sur les liaisons court-courriers les plus importantes, à commencer par la ligne Amsterdam-Londres, deuxième ligne la plus fréquentée d’Europe.

Projet d'avion 150 à 180 places de Wright Electric et easyJEt

La start-up américaine partenaire d’easyJet, Wright Electric, a commencé à travailler sur un moteur électrique pouvant convenir à un appareil neuf places qui devrait commencer à voler en 2019. En parallèle, le travail va débuter sur un appareil de la taille des avions d’easyJet avec le designer aéronautique Darold Cummings. Wright Electric a d’ailleurs déposé un brevet pour un moteur adapté à de plus gros avions qui ouvre la voie à une transition vers un appareil commercial complètement électrique et capable de transporter des passagers. « La distance que nous ciblons avec l’avion électrique est d’environ 500 kilomètres, et en se basant sur notre réseau actuel, la liaison Amsterdam-Londres pourrait devenir la première ligne 100% électrique » explique Johan Lundgren, PDG d’easyJet.

/// 500 km d’autonomie et 30% de réduction des coûts énergétiques

Le projet de Wright Electric va plus loin et l’entreprise débutera dès 2019 les essais d’une version à 50 places, avant de passer sur une version de 150 ou 180 places qu’easyJet espère pour 2030.
Cette dernière version aurait une autonomie de 500km et réduirait la facture d’énergie du transporteur de 30%. Jeffrey Engler, PDG de Wright Electric affirme être confiant sur la tenue de l’échéancier même si dans le même temps il concède que la principale difficulté sera de trouver le fournisseur de batterie pour son avion.

Plusieurs entreprises dans le monde travaillent sérieusement sur la mise au point d’un avion de ligne électrique. Le projet Zunum, soutenu par le constructeur américain Boeing, utilisera une turbine de Safran pour alimenter un moteur électrique hybride, alors que de son coté l’allemand Siemens développe en collaboration avec Airbus des moteurs 100% électrique pour l’aviation. Le projet de Wright Electric et easyjet dont l’échéance reste relativement courte pourrait ainsi accélérer les initiatives de la part des aéroports pour le développement de flottes plus silencieuses et plus propres, notamment dans des environnements très urbains.

—♦—

visuels : AAF et Swiss

AAF /// END

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *