Le groupe européen a publié la semaine dernière ses résultats consolidés pour l’exercice 2018 et affiche un niveau record de rentabilité, en particulier au quatrième trimestre, qui reflète la trajectoire de croissance des activités Helicopters et Defence and Space. Des résultats 2018 robustes qui permettent au groupe Airbus de proposer un dividende record à ses actionnaires à hauteur de 1,65 euro par action, en hausse de 10 % vs 2017.

Quelques semaines avant le départ de l’actuel PDG d’Airbus Tom Enders et de son Directeur Financier Harald Wilhelm, le bilan très positif de l’avionneur est entaché de deux petits accrocs avec l’annonce douloureuse mais désormais inévitable de l’arrêt de l’A380 et la remise à plat une nouvelle fois des livraisons du programme A400M avec les clients gouvernementaux, dont les ratifications au niveau des États devraient être finalisées dans les prochains mois.

China Southern A350 MSN0318

Le groupe, qui dispose encore de 7 600 avions dans son carnet de commandes devait poursuivre et accélérer sa montée en cadence en 2019, notamment grâce à la hausse de production de la ligne d’A320 et l’ouverture de la future ligne d’A220 de Mobile, aux USA.

/// Commandes et livraisons

En 2018 Airbus a enregistré 747 commandes nettes d’avions commerciaux contre 1 109 en 2017, parmi lesquelles 40 A350 XWB, 27 A330 et 135 A220. La montée en cadence de la production sur son site de Mobile et du programme A350 qui atteint 10 exemplaires par mois au quatrième trimestre 2018, a permis à Airbus de livrer un total de 800 avions commerciaux au cours de l’exercice 2018, versus 718 en 2017 : 20 A220, 626 avions de la Famille A320, 49 A330, 93 A350 et 12 A380. Avec un total de 386 appareils en 2018, contre 181 en 2017, la famille A320neo représente désormais plus de 60 % des livraisons de la Famille A320. Avec des améliorations du moteur GTF de Pratt & Whitney pour l’A320neo attendues en 2019, le programme est en bonne voie pour atteindre la cadence de production visée de 60 exemplaires par mois à partir de la mi-2019, et 63 en 2021.

H160 - ©Airbus Helicopters

Les commandes nettes d’hélicoptères s’élèvent à 381 appareils en 2018 contre 335 en 2017 avec notamment 15 H160 et 29 NH90, pour un montant de 6,33 milliards d’euros. Airbus Helicopters a livré 356 appareils, soit un peu moins que les 409 appareils livrés en 2017 mais elle a enregistré un chiffre d’affaires stable en glissement annuel sur une base comparable, malgré cette baisse des livraisons.

L’augmentation du chiffre d’affaires d’Airbus Defence and Space a été soutenue par ses activités Space Systems et Military Aircraft. Les prises de commandes d’Airbus Defence and Space ont représenté environ 8,4 milliards d’euros au cours de l’exercice avec notamment le contrat Eurofighter au Qatar, quatre avions-ravitailleurs A330 MRTT et deux satellites de télécommunications de nouvelle génération.

Armée de l'Air (French Air Force) Airbus A330-243MRTT cn 1735 F-WWCK

Les prises de commandes consolidées en 2018 ont totalisé 55,5 milliards d’euros, portant la valeur du carnet de commandes consolidé à 460 milliards d’euros au 31 décembre 2018 selon la norme IFRS 15, qui reflète la situation contractuelle avec l’évaluation de la recouvrabilité et du prix net de transaction cellule et moteurs. Le chiffre d’affaires consolidé s’est établi à 63,7 milliards d’euros, contre 59,0 milliards d’euros en 2017.

/// Grosses provisions pour l’A400M et l’A380

À la suite de l’annulation par la compagnie Emirates de 39 exemplaires d’A380 et face à l’absence de nouvelles commandes au niveaux mondial, le groupe a été contraint d’annoncer la fin de l’A380 pour tourner la page et se concentrer sur son avenir.

« Notre carnet de commandes n’est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l’A380, et ce, malgré tous nos efforts de ventes auprès d’autres compagnies ces dernières années. », a expliqué durant la conférence de presse Tom Enders, Président exécutif (CEO) d’Airbus avant d’ajouter « Lorsque vous avez un produit dont plus personne de souhaite ou que vous ne pouvez vendre qu’en dessous de son prix de revient, alors vous devez le stopper, aussi douloureux que ce soit. C’est la bonne décision à l’heure actuelle. Nos études montre que même en remotorisant ou en allongeant l’avion, nous ne trouverions pas de client, ou pas suffisamment ».

La production du programme A380, qui ne compte plus désormais que 14 exemplaires à livrer, cessera en 2011.La prise en compte de cette lourde provision contractuelle et d’autres provisions spécifiques et le recalcul du passif induit ont eu un impact négatif de -463 millions d’euros sur l’EBIT et un impact positif de 177 millions d’euros sur l’autre résultat financier.

/// Airbus annonce la fin de l’A380 et cessera les livraisons en 2021

S’agissant de l’A400M, 17 exemplaires ont été livrés au cours de l’exercice 2018. Airbus a poursuivi les développements pour respecter la feuille de route capacitaire révisée et poursuivie le rétrofit des exemplaires en service conformément au calendrier convenu avec les clients. Le groupe a néanmoins dû placer une provision pour une charge supplémentaire nette de -436 millions d’euros sur le programme en raison des négociations avec les clients, de la réévaluation des opportunités à l’export, de l’évolution des prix et de l’augmentation de certains coûts. Des risques demeurent, notamment en ce qui concerne le développement des capacités techniques, la sécurisation de commandes suffisantes à l’export dans les temps, la fiabilité opérationnelle des avions, et tout particulièrement des moteurs, et la réduction des coûts conformément au nouveau référentiel.

A400M Armée de l'Air

Ainsi l’EBIT ajusté consolidé du groupe s’est élevé à 5 834 millions d’euros contre 3 190 millions d’euros en 2017. L’EBIT ajusté d’Airbus est passé de 2 383 millions d’euros en 2017 à 4 808 millions d’euros en 2018 en raison de la maturité industrielle grandissante et d’un meilleur effet prix de l’A350 mais aussi par la montée en cadence importante et les prix de l’A320neo. L’EBIT ajusté d’Airbus Helicopters s’établit à 380 millions d’euros et celui d’Airbus Defence and Space à 935 millions d’euros en 2018.

/// Perspectives 2019

Avec une conjoncture toujours très favorable à la croissance du transport aérien mondial dans les prochaines années, Airbus souhaite livrer entre 880 et 890 avions commerciaux en 2019. Sur cette base Airbus prévoit une hausse de l’EBIT ajusté d’environ +15 % par rapport à 2018.

—♦—

visuels : V.Massé, Airbus et AAF

AAF /// END

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles
v


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *