Le Mirage F1 de l’avionneur français Dassault Aviation prolonge sa carrière aux États-Unis. Draken International, fournisseur privé américain d’avions de combat tactiques destinés aux missions d’entrainement de clients des secteurs militaire et de la défense, a fait voler le 12 novembre dernier son premier exemplaire de Mirage F1 depuis ses installations de l’aéroport international de Lakeland, en Floride.

— Décollage du Mirage F1 —

— Atterrissage du Mirage F1 —

Draken International utilisera le Mirage F1 comme Plastro (faux ennemis) pour des missions d’entrainement au combat aérien à vitesse supersonique dans le cadre d’un contrat de 280 millions de dollars avec l’armée de l’air américaine depuis la base aérienne de Nellis, dans l’Etat du Nevada. L’externalisation de ses missions et l’utilisation de pilotes civils s’avèrent en effet moins coûteux pour l’armée. Pour répondre à ce contrat et moderniser sa flotte en étendant ses capacités de vol supersonique, Darken a fait l’acquisition en septembre 2017 de 22 avions de combat Mirage F1M et F1B (biplace d’entraînement) anciennement en service dans l’armée de l’air espagnole, qui les avait modernisés à la fin des années 90 en les équipant d’une suite radar et avionique complète.

 

Importés en partie démontés, les Mirage F1M de Draken font actuellement l’objet d’une certification de ré-assemblage et d’une mise à niveau de navigabilité réalisée par Paramount Aerospace Systems qui avait notamment la maîtrise d’œuvre de la modernisation antérieure du Mirage F1M, alors qu’il était encore en service actif pour l’armée de l’air espagnole. Avec l’achat de 12 chasseurs Cheetah Denel sud-africains, une variante modernisée du Dassault Mirage III,  la flotte de Draken compte désormais plus de 150 chasseurs.

/// Un programme à succès pour Dassault Aviation

Le Mirage F1, est un avion de chasse multirôle supersonique français développé par Dassault Aviation dès 1963 à la demande de l’Armée de l’air française. Capable d’atteindre les 2 335 km/h (Mach 2,2) avec son Turboréacteur avec postcombustion Snecma Atar 9 K 50, le Mirage F1 a effectué son 1er vol le 23 décembre 1966 et a été produit à 720 exemplaires, ce qui en fait le second programme ayant connu le plus grand succès commercial après le Mirage III et ses 1400 exemplaires construits. Son aile en flèche le distingue des autres membres de la famille Mirage qui disposent d’une aile delta.

 

Le Mirage F1 est entré en service dans l’Armée de l’air française en décembre 1973 au sein du prestigieux Escadron de chasse 2/30 Normandie-Niemen et a été retiré du service en 2014 après quarante ans de service actif. Au total, onze pays se portent acquéreurs de cet avion qui s’est très bien vendu à l’export. Il est encore aujourd’hui en service actif dans plusieurs pays (Congo, Gabon, Iran et Maroc) et devrait ainsi continuer de sillonner les cieux pendant encore au moins une décennie.

/// Un premier Mirage F1 aux États-Unis ?

Draken International n’est pas la première société militaire privée (SMP) à faire voler le Mirage F1 aux États-Unis, devancé le 22 août dernier par ATAC [Airborne Tactical Advantage Company], qui de son coté a fait l’aquisition en juillet 2017 de 63 Mirage F1 auprès de la Direction Générale de l’Armement française (DGA). Le contrat, d’un montant de 21 millions d’euros, comporte notamment 150 moteurs Atar 9K50 et un stock d’environ 6 millions de pièces détachées.

—♦—

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

AAF /// END

visuels : V.Massé, redskin83 sous (CC BY-NC-ND 2.0) et R.Schleiffert sous (CC BY-SA 2.0)



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *