Le marché des avions régionaux turbopropulseurs semble avoir particulièrement été touché par la pandémie de COVID-19 qui a mis un coup de frein au renouvellement des flottes et aux livraisons de nouveaux appareils en 2020.

L’avionneur franco-italien ATR, spécialiste des appareils régionaux à turbopropulseurs, a selon l’agence Reuters subi de plein fouet les effets de la crise sanitaire et n’aurait livré que 10 aéronefs en 2020, contre 68 l’année précédente et 76 en 2018.

Du côté des commandes enregistrées en 2020, Reuters avance un niveau à un seul chiffre. Un résultat à comparer avec les 79 appareils commandés en 2019 (41 ATR-72 et 38 ATR-42 dont 20 exemplaires du nouvel ATR 42-600S) et les 59 commandes fermes reçues en 2018.

FAL Toulouse

FAL Toulouse

Un bilan relativement décevant malgré le contexte économique qui touche l’industrie de l’aérien dans son ensemble et qui devrait impacter négativement le chiffre 2020 d’ATR Aircraft codétenu par les groupes Leonardo et Airbus. Les résultats commerciaux d’ATR seront publiés « au moment opportun » a indiqué un porte-parole de l’entreprise à nos confrères.

Le constructeur a terminé l’année 2020 sur des notes positives, avec la livraison d’un ATR42-600 à la compagnie aérienne de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon et l’obtention en décembre de la certification du nouvel ATR 72-600F (freighter), version cargo de l’avion régional dont FedEx Express sera le client de lancement.

Separateur fin article

/// Fret : L’ATR72-600 Cargo décroche sa certification EASA

visuels : ATR

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *