L’avionneur franco-italien ATR, leader mondial des avions régionaux à turbopropulseurs de 30 à 78 places, n’échappe pas aux mauvaises nouvelles liées à la crise sanitaire mondiale qui a fait chuter de 95% le trafic aérien mondial, mettant en péril les transporteurs aériens les plus fragiles. ATR vient de publier ses résultats pour l’exercice 2019 et prépare une baise des cadences de production.

Dans un entretien accordé à l’agence Reuters, Stefano Bortoli, le directeur général d’ATR a confirmé que la filiale des groupes Airbus et Leonardo se prépare à réduire ses cadences de production en raison de l’impact de la crise du coronavirus sur la demande d’avions neufs. Une décision qui s’inscrit dans la suite de celle prise par les leaders du secteur aéronautique tel que Boeing et Airbus dont la production de certains programmes au cours des prochains mois va diminuer progressivement de près de 50%.

ATR en assemblage

Le directeur général d’ATR n’a pas indiqué à quelles cadences seront produits les ATR (72 et 42) mais les cadences de production sur son site Toulousain, en région Occitanie, étaient déjà passées de 76 appareils assemblés en 2018 à 68 avions produits en 2019.

/// Chiffre d’affaires 2019 en recul de 10%

L’entreprise a publié aujourd’hui ses résultats financiers pour l’exercice 2019 avec un chiffre d’affaires de 1,6 milliard de dollars en 2019, en recul d’un peu plus de 10% (vs 1,8 milliard en 2018). L’avionneur a ainsi livré un total de 68 appareils régionaux en 2019 contre 76 l’année précédente.

ATR72-600

Le nombre total de commandes enregistrées l’année dernière fait un bond en avant et passe de 59 commandes fermes en 2018 à 79 appareils commandés en 2019 (avant la crise du Covid-19) avec 41 ATR-72 et 38 ATR-42 dont 20 exemplaires du nouvel ATR 42-600S.  Lancé en juin 2017 et présenté au public en octobre dernier, cet avion régional bimoteur à hélice peut décoller en seulement 800 mètres.

/// Toute une industrie dans la tourmente

Au cours des dernières semaines, le groupe Boeing a annoncé la baisse du rythme de production de ses principaux programmes d’avions commerciaux : le 787 Dreamliner passera de 14 à 10 unités par mois en 2020 et 7 par mois en 2021, celle du 777X passera en 2021 à 3 avions produits par mois contre 5 initialement prévus et celle du 737 MAX, qui devrait reprendre en 2020, sera de 31 avions par mois en 2021 contre 57 auparavant. L’avionneur envisage de se séparer d’environ 10% de ses effectifs.

Chalet VIP Airbus et Boeing 787-100 en reflet

Côté européen, Airbus ajuste aussi la production dès cette année et passera à 40 avions par mois pour la famille A320, 2 A330 et 6 A350, soit une baisse globale d’environ un tiers par rapport aux cadences de production moyennes d’avant la crise. 

—♦—

/// Airbus : CA en baisse de 15% et perte de 481 millions d’euro au 1er trimestre

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES

AAF /// ENDvisuels : ATR, C.Guillard et AAF



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *