L’industriel américain Boeing vient de publier ses résultats financiers du 1er trimestre de 2020 et affiche, second trimestre d’affilé, une perte trimestrielle de 1,70 milliard de dollars, soit 1,70 dollar par action. Une situation largement imputable à la crise du 737 MAX qui est cloué au sol depuis le 13 mars 2019 et qui ne devrait pas revoir le ciel dans le meilleur des cas avant le mois d’août et à l’impact de la crise sanitaire du COVID-19 sur le trafic aérien et la demande d’avions commerciaux. 

Au premier trimestre 2020, Boeing a ainsi réalisé un chiffre d’affaires de 16,9 milliards de dollars et généré un cash-flow opérationnel négatif de (4,3) milliards de dollars. Des chiffres à mettre en perspective avec la décision du groupe américain le week-end dernier de renoncer à la prise de contrôle du programme d’avion civil de son homologue brésilien Embraer, peut-être par manque de cash.

/// Boeing annule la création d’une coentreprise avec Embraer

La trésorerie et les investissements en titres négociables de Boeing ont augmenté pour atteindre 15,5 milliards de dollars au lieu de 10,0 milliards de dollars au début du trimestre, principalement en raison de l’augmentation de la dette qui s’élève désormais à 38,9 milliards de dollars, contre 27,3 milliards de dollars.

/// Baisse de production et suppression de 10% des effectifs

Comme ses confrères avionneurs, Boeing enregistre depuis la mi-mars des demandes de la partie des compagnies aériennes qui souhaitent retarder la livraison de nouveaux appareils, quand elles n’annulent simplement pas tout ou partie d’une commande en cours. 

assemblage du 1er Boeing 777x

Le ratio de commande/annulation est défavorable pour le 1er trimestre 2020 durant lequel Boeing a enregistré 196 annulations (dont 173 Boeing 737 MAX) pour seulement 49 nouvelles commandes, en ne livrant qu’une cinquantaine d’appareils neufs. Le groupe a ainsi pris plusieurs décisions concernant la réduction des cadences de production de ses avions commerciaux en annonçant une baisse du rythme de production de ses principaux programmes d’avions commerciaux.

La production du gros-porteur 787 Dreamliner, dont la demande est en baisse depuis l’effondrement du trafic aérien lié aux restrictions de circulation actuellement en vigueur un peu partout dans le monde, doit passer de 14 à 10 unités par mois en 2020 et baisser à sept exemplaires assemblés par mois l’année prochaine. Celle du nouveau 777X passera en 2021 à 3 exemplaires produits par mois contre 5 initialement prévus. Boeing a annoncé mi-avril qu’il travaillait actuellement sur un plan de reprise de la production du 737 MAX en 2020 et espère atteindre une cadence de 31 avions assemblés par mois en 2021 contre 57 avant l‘arrêt de la production en janvier dernier. 

Pour s’adapter à la nouvelle donne d’une demande en berne pour les prochains mois, le patron de l’avionneur qui emploie plus de 160 000 personnes dans le monde a confirmé un plan de réduction de la masse salariale et devrait ainsi réduire ses effectifs d’environ 10% au global et jusqu’à 15% pour la partie aviation civile et commerciale.

À la fin du 1er trimestre, le carnet de commandes total du groupe Boeing s’élevait à 439 milliards de dollars et compte notamment plus de 5 500 avions commerciaux en commande.

—♦—

/// Boeing : l’US Navy commande 18 P-8A Poséidon pour 1,5 milliard de dollars

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES

AAF /// ENDvisuels : G.Février et Boeing

 

Cyber monday


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *