Le projet de compagnie low-cost filiale d’Air France, à ce stade dénommée Boost, voit le ciel de son avenir se dégager. La nouvelle entité est supposée commencer l’exploitation aérienne dès le mois d’octobre 2017 avec des coûts réduits de 15 à 18%.

©AirFrance - Un A340 d'Air France - by Virginie Valdois

A l’issus de la consultation conduite auprès des adhérents Air France du SNPL afin de valider l’accord Trust Together, le taux de participation s’est établi à 82,8 %, montrant l’importance de ce projet pour l’avenir de la compagnie. Ainsi les pilotes adhérents du SNPL Air France se sont prononcés à 78,2% en faveur du texte ouvert à la signature par la direction d’Air France alors que le bureau du SNPL s’était prononcé contre le projet en l’état.

Notons que 16,4% des suffrages exprimés souhaitent permettre la création de la nouvelle compagnie mais avec de meilleures garanties concernant la relocalisation de l’activité vers la France, comme le proposait le Bureau du SNPL. La semaine dernière, l’UNAC et l’UNSA, deux autres syndicats représentatifs des pilotes de la compagnie avaient validé de leur côté le projet de lancement de la future compagnie. Cet accord doit maintenant être signé par le SNPL Air France dans les toutes prochaines heures pour permettre le lancement effectif du projet Boost.

La future « low-cost » devrait rapidement disposer d’une flotte de 28 appareils moyen et long-courrier probablement des A320 et pourquoi pas des A340 issus de la flotte Air France; cette dernière en possède 12 dont le retrait était jusqu’ici programmé. Par ailleurs Air France prévoit de recruter 700 pilotes pour assurer le remplacement des futurs départs à la retraite et la croissance de ses activités aériennes.

AAF /// END

/// LIVE ACTU Bourget 2017

Voir plus d'articles

///

visuels : par BriYYZ sous (CC BY-SA 2.0) et Air France

Laisser un commentaire