La première pierre du bâtiment qui abritera le nouveau télescope franco-mexicain COLIBRI a été posée le 5 mai lors d’une cérémonie officielle qui s’est déroulée à l’Observatoire Astronomique National de San Pedro Martir (OAN-SPM) au Mexique dans la basse Californie. Ce télescope robotique ultra rapide sera dédié à l’observation dans le visible et l’infrarouge d’événements extrêmement énergétiques et de très courte durée, en particulier les sursauts gamma.

Le COLIBRI (Catching Optical Light and Infrared Bright transients) est un télescope robotique possédant un miroir primaire de 1.30 mètre, capable de pointer n’importe quelle région du ciel en moins de 20 secondes. Le site de l’Observatoire Astronomique National de San Pedro Martir (OAN-SPM) au Mexique, dans la basse Californie, qui accueillera le COLIBRI est situé à une altitude de 2830 m.

Le télescope COLIBRI sera entièrement dédié à l’observation de phénomènes variables et transitoires en exploitant simultanément deux voies dans les portions visibles et infrarouge et doit entrer en service en 2021. Il s’inscrit dans la stratégie d’une astronomie dite multimessager et sera ainsi capable de fournir une contrepartie optique d’événements observés avec d’autres messagers que les photons lumineux et donc de pointer très rapidement des cibles faisant suite à des alertes provenant de détecteurs d’ondes gravitationnelles ou de détecteurs de neutrinos. Ces objets sont avec les GRB les plus énergétiques de l’Univers : supernovae, noyaux actifs de galaxie.

COLIBRI s’inscrit en particulier dans le cadre de la mission spatiale franco-chinoise SVOM dédiée à l’observation des sursauts gamma (Gamma ray bursts, ou GRB). Il s’agit d’explosions très violentes et très lumineuses observées dans des galaxies situées à plusieurs milliards d’années-lumière de distance. Le flash provoqué par ce type d’événements a une durée extrêmement brève, entre quelques millisecondes et quelques minutes. L’observation de ce phénomène nécessite donc une réactivité très importante. La stratégie de SVOM (Space Variable Objects Monitor) consiste donc à observer une région du ciel ; dès qu’un sursaut gamma est détecté, une alerte est immédiatement transmise à un réseau de télescopes au sol pour observer les variations de luminosité du phénomène en détail. COLIBRI sera ainsi capable de pointer l’événement détecté moins de 20 secondes après avoir reçu l’alerte.

COLIBRI est un projet de collaboration franco-mexicain, dans lequel sont impliqués Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), le CoNACyT (Consejo Nacional de Ciencia y Tecnologia) pour le Mexique ; Aix-Marseille Université (AMU), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et le Centre national d’études spatiales (CNES) pour la France. Sa première lumière est prévue pour 2021.

visuels : Adam Evans sous (CC BY-NC 2.0) et CNESS et CNRSAAF /// END /// LES DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

Laisser un commentaire