Hier la police de Guernesey a annoncé l’arrêt des recherches de l’avion et de ses occupants disparus lundi. Malgré l’étude des données des téléphones portables et d’images satellites combinées aux efforts des équipes des forces de recherche des îles anglo-normandes, du Royaume-Uni et de la France, l’avion et ses occupants restent introuvables.

Les recherches auront mobilisé deux bateaux de sauvetage pour 24h de recherche continue et 80h de vol cumulées par les 3 avions et les 5 hélicoptères déployés sur le terrain. « Même si nous ne mènerons plus de recherches actives, l’incident reste ouvert, et nous demanderons à tous les navires et avions dans la zone de rester à l’affût de toute trace de l’appareil », précise la police de Guernesey, jeudi en fin de journée sur Twitter. Depuis l’argentine, le père du joueur, des proches mais aussi des footballeur argentin et anciens coéquipiers d’Emiliano Sala réclament également sur les réseaux sociaux la reprise des recherches. Une pétition et une cagnotte en ligne pour demander la reprise et financer des recherches a été lancée.

/// La famille d’Emiliano Sala lance des recherches maritimes privées

/// Pas de licence commerciale

Ce matin la presse britannique révèle que le pilote aux commandes de l’avion qui transportait Emiliano Sala vers Cardif n’était pas habilité à transporter des passagers et disposait uniquement d’une licence de pilote privé qui n’autorise pas le transport de passagers moyennant une rémunération. Âgé de 59 ans et originaire du Nord de l’Angleterre, David Ibbotson ne détenait pas de licence commerciale mais une simple licence de pilote privé et n’était pas habilité IFR (vol aux instruments). Selon la presse britannique, le vol pour Cardif aurait était organisé directement par l’agent britannique Mark McKay impliqué dans le transfert d’Emiliano Sala au Cardiff City FC. Une information confirmée par l’intéressé. Un autre élément reste à éclaircir : l’identité du propriétaire de l’avion immatriculé aux USA qui pose encore questions aux enquêteurs.

/// Un message vocal avant le vol

Le footballeur argentin avait transmis à ses proches un message vocal via l’application WhatsApp avant le décollage de l’avion, dans lequel il fait part à ses proches de son inquiétude face au vol et à l’état de l’appareil : « Je suis dans l’avion, on dirait qu’il est sur le point de tomber en morceaux et je pars pour Cardiff. (…) Si dans une heure et demie vous n’avez plus de nouvelles de moi, je ne sais pas si on va envoyer des gens pour me rechercher, parce qu’on ne va pas me trouver, sachez-le. Papa, qu’est-ce que j’ai peur ! ».

https://twitter.com/Mordu2Foot/status/1087841391387074560

visuels : A.Wilson sous (CC BY-SA 2.0) et James sous (CC BY-SA 2.0)

AAF /// END

Charger plus d'articles

 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *