Confronté à la publication jeudi 4 avril du rapport préliminaire d’enquête sur le crash du 737 MAX Ethiopian Airlines, dans lequel les premiers éléments issus de l’analyse des boites noires de l’avion semblent dédouaner les pilotes pour mettre directement en cause le fonctionnement du système MCAS, le constructeur américain a annoncé samedi 6 avril la réduction de la cadence de production de son best-seller.

Alors que l’avion n’est toujours pas autorisé à revoler, les exemplaires en attente de livraison commencent à s’accumuler et contraignent Boeing à ralentir temporairement sa production de 20% pour redescendre à 42 avions à partir de la mi-avril. Un coup dur pour l’avionneur qui était parvenu à hisser sa production à un niveau record pour l’industrie aéronautique. Avec cette décision logique compte tenu de la crise profonde que traverse le programme MAX « les équipes de production concernées maintiendront leur niveau d’emploi actuel » explique Dennis Muilenburg, Président-Directeur Général de Boeing dans son communiqué de presse.

/// Boeing au pied du mur

La semaine dernière, alors que le constructeur s’apprêtait à présenter ses modifications logiciels du système anti-décrochage du 737 MAX à la FAA, la découverte d’une nouvelle faille dans les logiciels selon le « Washington Post » aurait contraint le constructeur à revoir sa copie et se pencher à nouveau sur les modifications nécessaires pour rendre l’avion sûr et apte au vol.

Jusqu’ici particulièrement discret dans sa communication de crise, le Président de Boeing a effectué la semaine dernière trois déclarations publiques assez semblables en l’espace de trois jours pour compatir avec les familles des disparus et rappeler l’engagement du constructeur envers la sécurité. On aura noté quelques discordances entre les déclarations de vendredi « Lorsqu’il reprendra la voie des airs, doté des modifications logicielles apportées à la fonction MCAS, le 737 MAX sera l’un des avions les plus sûrs à avoir jamais volé. » et celle de samedi « Lorsque le 737 MAX retrouvera la voie des airs, nous promettons aux compagnies clientes, ainsi qu’à leurs passagers et aux membres d’équipage, que cet avion sera aussi sûr que n’importe quel autre avion à ce jour. »

Au cours des semaines et des mois à venir, le constructeur devra pour regagner la confiance de ses clients et des voyageurs déployer tout ses efforts mais il devra avant toute chose passer le filtre de la certification par les autorités aériennes qui auditeront elles-mêmes les modifications avant de donner leur feu vert pour une nouvelle exploitation du modèle sur leur territoire.

/// Rapport 737 MAX Ethiopian : les pilotes dédouanés, Boeing pointé du doigt

—♦—

visuels : G.Carré et Boeing

AAF /// END

Charger plus d'articles


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *