La direction d’Air France va dévoiler, ce lundi 13 mai 2019, un plan de départs volontaires lors du comité social et économique central (CSEC) de la compagnie française qui envisage de diminuer son offre sur le court-courrier de 15% en sièges kilomètres offerts (SKO) d’ici fin 2021. Quelques 400 à 465 postes au sol de l’activité court-courrier sont concernés par ce projet de réduction des effectifs basé exclusivement sur le volontariat.

Embraer 190 HOP! Air France F-HBLA

Cette réduction d’effectifs devrait représenter environ 65 postes à Orly, Roissy et Marseille mais des aéroports régionaux de taille plus modeste sont également concernés, comme à Nantes (16 postes). Alors que la compagnie argumente d’un sureffectif sur l’activité sol, les syndicats redoutent l’usage plus important de la sous traitance dans un contexte de croissance de l’activité et du trafic passagers qui a atteint un nouveau record au mois d’avril.

/// Une perte financière qui s’accélère

Cette nouvelle réduction d’effectifs intervient dans un contexte de pertes financières qui s’accélèrent sur le réseau des lignes intérieures de sa filiale Air France HOP!. La semaine dernière le groupe Air France-KLM a publié les résultats du 1er trimestre 2019 avec une perte opérationnelle de -303 millions d’euros, contre 189 M€ de perte en 2018 pour l’activité domestique d’Air France (-96M€ en 2017). Si le contexte économique reste favorable malgré des surcapacités observées sur certains segments, l’inflation du prix du kérosène et l’incapacité d’Air France HOP! à trouver des relais de croissance sur les services proposés à sa clientèle l’empêchent de relever sa recette unitaire.

/// HOP! débarque son offre de restauration à bord « ET HOP! À table »

/// Perte de considération en région

Toujours concurrencé par le train à grande vitesse, Air France ne parvient surtout pas à faire face à la vague low-cost qui continue de déferler sur les grands aéroports régionaux aujourd’hui trustés par Easyjet, Ryanair et Volotea. Ces dernière se montrent en effet particulièrement volontaires pour développer de nouvelles lignes directes européennes, là où Air France n’en n’ouvrait plus.  La nature ayant horreur du vide, chaque espace laissé par la compagnie en région est immédiatement comblé par la concurrence qui, une fois en place, a tout le loisir de fidéliser sa clientèle en développant de nouvelles dessertes saison après saison.

Peu à peu, les compagnies aériennes low-cost ont réussi à gagner du terrain en région et sont ainsi devenues les partenaires privilégiés des aéroports. Une position qu’occupait traditionnellement la compagnie nationale qui conserve encore 65% des parts de marché sur le domestique.

—♦—

/// A350 pour Air France, 787-10 pour KLM et offre en hausse 2% pour l’été

—♦—

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

AAF /// END

visuels : JB.Rouer et G.Février


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *