Comme nous l’avions anticipé dans notre article consacré à la disparition de la marque HOP! en mai dernier, le personnel navigant technique (pilotes) sous contrat HOP! s’inquiète de l’avenir de la filiale régionale, seule filiale du groupe Air France – KLM en décroissance. Les pilotes HOP! réclament leur intégration à Air France, notamment pour fluidifier leur progression de carrière et lever certaines disparités de traitement qui règnent entre les pilotes des différentes marques du groupe.

B737 KLM décolle en arrière olan d'un A320 Air France

B737 KLM décolle en arrière plan d’un A320 Air France

L’arrivée en 2018 de Benjamin Smith à la tête du groupe franco-néerlandais a mis un coup d’accélérateur au dossier de la restructuration de la compagnie régionale jusqu’à l’annonce courant février d’une disparition accélérée de la marque. Depuis l’annonce d’une réduction de la flotte à 51 avions d’ici avril 2021 avec le départ des ATR et des Embraer 145 de 50 sièges, le Bureau SNPL HOP! a fait part à la Direction du Groupe de ses vives inquiétudes quant au manque de perspective d’avenir pour les pilotes de la compagnie HOP! alors que tout le Groupe est en forte croissance. Début juin, les représentants du SNPL HOP! et du SNPL Air France ont rencontré les directions des deux compagnies à l’occasion d’une réunion quadripartite pour discuter des perspectives mais l’intégration est aujourd’hui refusée au motif que la disparition de la marque HOP! répondait uniquement à une stratégie commerciale visant à simplifier l’offre au sein du groupe.

La direction du groupe a fait le choix de la décroissance de HOP! alors que dans le même temps elle prépare la croissance d’Air France, de KLM, de KLM Cityhopper (KLC) et de Transavia, en levant au passage certaines limitations comme la « Scope Close 100 » qui limite l’usage d’appareils de moins de 100 sièges par HOP! et KLC. Côté néerlandais, cette dernière est aujourd’hui partiellement remise en question depuis l’annonce courant juin pendant le salon du Bourget d’une commande de 35 Embraer 195 E2 de 146 sièges pour la compagnie KLM Cityhopper, alors que dans le même temps Air France semble, selon nos informations, se diriger vers la création d’un secteur A220.

Embraer 190 KLM Cityhopper

Embraer 190 KLM Cityhopper

« Nous refusons l’idée d’être une sous catégorie d’Air France » explique Armand SIMON, président du SNPL HOP! ALPA et dénonce la disparité de traitement entre la partie française et néerlandaise qui selon lui « cannibalise » le marché historique de HOP : « KLM n’a pas de marché intérieur et vient chercher partout en Europe des clients pour nourrir son hub d’Amsterdam. En France, KLC remplace aujourd’hui HOP sur certaines lignes vers Amsterdam que nous desservons historiquement, comme Bordeaux, Nice ou Lyon et grignote petit à petit notre marché au départ des villes de province française. »

De plus, alors que les pilotes de KLC et KLM partagent un contrat commun, la différence de contrat entre les pilotes d’Air France et de HOP! limite fortement la progression de carrière de ses derniers, et ralentit l’accès aux cockpits de l’activité long-courrier. « Aujourd’hui un pilote HOP! expérimenté sur Jets doit, s’il décide d’aller chez Air France, repartir à l’échelon zéro dans le secteur A320/737. L’expérience accumulée n’est pas prise en compte par Air France. Ce traitement n’est pas un traitement équitable » explique Armand SIMON, lui même pilote sur Embraer avant d’ajouter “nous réclamons simplement le même traitement que les pilotes de Transavia. Ni plus, ni moins”

Embraer 190 HOP! Air France F-HBLA

Embraer 190 HOP! Air France F-HBLA

/// Préavis de grève et reprise des négociations

Au sortir des discussions avec la Direction d’Air France, le Conseil SNPL HOP! a estimé que les engagements de Mme Rigail, Directrice Générale d’Air France, étaient trop éloignés des attentes et des promesses faites aux pilotes par le passé et que les propositions de la DG demeuraient insuffisantes au regard des inquiétudes exprimées par les pilotes quant à l’avenir de leur emploi au sein du Groupe. En conséquence, le Conseil SNPL HOP! a mandaté le Bureau pour déposer un préavis de grève dont les dates et les modalités sont pour l’instant en suspens. Une décision approuvée par 97% des pilotes HOP!.

Les directions des deux compagnies, conscientes de la situation, ont reçu le 26 juin 2019 une délégation du SNPL HOP! au siège d’Air France afin de cerner avec précision les problématiques responsables du blocage sur le point de devenir hautement conflictuelles, à commencer par l’articulation des carrières qui est apparue comme le premier élément à résoudre avant d’aller plus loin dans les discussions de nature sociale.

Une nouvelle réunion de négociation concernant les carrières est prévue le 8 juillet 2019 à 11h au siège d’Air France à Roissy.

—♦—

/// Découvrez les nouvelles photos du 1er A350 Air France

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

AAF /// END

visuels : G.Février, V.MAssé et F.Péraudeau



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *