La compagnie aérienne belge, filiale du groupe aérien allemand Lufthansa, a annoncé hier son retour en vol à compter du 15 juin avec un programme de vols, réduit mais montera progressivement en puissance au cours de l’été pour atteindre les 240 vols hebdomadaires en août, vers 59 destinations dans 33 pays différents, soit 30% du programme estival initialement prévu en Europe et 40% du programme long-courrier.

En Europe, Brussels Airlines prévoit de pouvoir opérer l’été prochain un total de 45 destinations dans 20 pays, dont l’Espagne, le Portugal, la Grèce, l’Italie, la France et le Danemark. En plus des lignes vacances elle proposera aussi une sélection de destinations d’affaires importantes comme Berlin, Genève et Londres.

 

Concernant le réseau long-courrier, la compagnie aérienne desservira sous réserve de l’approbation des autorités locales 13 des 17 destinations africaines et New York JFK aux États-Unis. En revanche l’ouverture de Montréal au Canada, nouvelle ligne qui devait être inaugurée en mars, ne se fera que dans le courant de l’année 2021.

 

L’ensemble de ces vols sera disponible à la réservation d’ici la fin de la semaine au plus tard. De nouvelles destinations proposées après l’été seront annoncées début juin précise la compagnie. 

/// Cure d’amaigrissement à venir

Conséquence de la crise du Covid-19, la filiale belge de Lufthansa doit s’adapter pour limiter les coûts et survivre dans un contexte d’une reprise lente du trafic aérien mondial et de l’absence d’un réseau domestique dans le pays.

Alors que des discussions sont toujours en cours entre gouvernement belge et Lufthansa au sujet d’une éventuelle aide gouvernementale pour Brussels Airlines et que la maison-mère Lufthansa a décroché une aide du gouvernement allemand d’environ 9 milliards d’euros (5,7 Mrds sous forme de cash et 3 Mrds de prêt ) moyennant une montée au capital de 20 à 25%.

Mi mai Brussels Airlines avait communiqué les pistes envisagées d’un plan d’économie qui prévoit notamment la réduction de 25% à 30% de ses effectifs, soit environ 1000 postes qui pourraient disparaître sur un total d’environ 4200 salariés et de 30% de sa flotte, soit 8 avions moyen-courriers sur 38 et 2 gros-porteurs sur 10 exemplaires en flotte avant la crise sanitaire.

 

La compagnie aérienne prévoit ainsi de passer de 52 à 38 avions en flotte en se séparant de 2 Airbus A330 et de 8 appareils de la famille A320.

/// État de la flotte Brussels Airlines au 25 mai sur un total de 52 appareils

Avions actifs

– 4 A319
– 3 A320
– 1 A330-200
– 4 A330-300

Avions en stockage

– 18 A319
– 13 A320
– 1 A330-200
– 8 A330-300

 

—♦—

visuels : JB.Rouer et Brussels Airlines

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *