Ce dimanche 17 janvier se tenait au Bourget (France) la cérémonie officielle d’entrée au musée de l’Air et de l’Espace du S.E.P.E.C.A.T. Jaguar A91, avion de chasse de conception franco-britannique mis en service en 1973 et construit à 612 exemplaires, dont 68 sous licence par l’Inde.

Véritable objet patrimonial, l’appareil est à la fois le premier et dernier avion de combat supersonique conçu par la célèbre firme Breguet. Il a été livré à l’Armée de l’air en 1977 et a notamment connu au cours de sa carrière divers détachements au Tchad, jusqu’en 1986, ainsi que plusieurs missions de guerre.

 

Le 17 janvier 1991, le Jaguar A91 prenait part au premier raid de l’opération Tempête du Désert lors de la première guerre du Golfe durant laquelle il fût touché par un missile dont il conserve encore aujourd’hui les stigmates.

 

Rapatrié en France en 1991 sur la base aérienne 136 de Toul puis confié depuis 2011 au conservatoire CANOPEE sur le site de l’ancienne base aérienne de Châteaudun (actuel EAR 279), cet appareil présente un fort enjeu mémoriel et une dimension symbolique qui a motivé la décision commune de l’armée de l’Air et de l’Espace et du musée de lui faire rejoindre, en dépôt, les collections permanentes du musée.

/// Les escadrons français équipés de Jaguar

 
Escadron Période Base Mission principale
1/7 Provence 1973-2005 Saint-Dizier Frappe nucléaire jusqu’en 1993 puis assaut conventionnel
2/7 Argonne 1974-2001 Saint-Dizier Entraînement
3/7 Languedoc 1973-2001 Saint-Dizier Frappe nucléaire jusqu’en 1993 puis assaut conventionnel
4/7 Limousin 1980-1989 Istres Frappe nucléaire
1/11 Roussillon 1976-1994 Toul Assaut conventionnel
2/11 Vosges 1976-1996 Toul Guerre électronique
3/11 Corse 1975-1997 Toul Assaut conventionnel
4/11 Jura 1979-1992 Bordeaux Assaut conventionnel
3/3 Ardennes 1977-1987 Nancy Attaque anti-radar

 

Avec une masse à vide de 7 000 kg et 10 910 kg avec armement, l’avion qui embarquait jusqu’à 5 225 kg de carburant disposait d’un rayon d’action de seulement 535 km mais d’une endurance allant jusqu’à 10h20 avec ravitaillements en vol. Sa double motorisation turboréacteurs à double flux et postcombustion Rolls-Royce Turbomeca Adour Mk.102 fournissant 32,5 kN de poussée unitaire avec la post-combustion (PC) lui assurait une vitesse maximale de 1 700 km/h ou Mach 1,62.

Décliné en version monoplace (E) pour l’attaque au sol et en biplace (A) pour l’entraînement avancé, le Jaguar A91 a été exploité par 6 pays dans le monde : la France de 1973 à 2005, le Royaume-Uni de 1973 à 2007, l’Équateur de 1977 à 2002, le Nigeria de 1984 à 1990, l’Inde dès 1979 et Oman à partir de 1978, avec encore 18 exemplaires en service en 2016 au sein de deux escadrons.

Separateur fin article

/// Draken International fait voler son premier Mirage F1 aux USA

visuels : AAF, Musée de l’Air et de l’Espace et Armée de l’Air

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *