Neuf mois après le feu vert du référendum pour le renouvellement des avions de combat de l’armée suisse, le conseil fédéral helvète serait sur le point de commander 30 à 40 Rafale de l’avionneur français Dassault Aviation, pour un montant de 5,5 milliards d’euros.

Selon le quotidien Le Matin, plusieurs indices concordant laissent entendre que le choix de la Suisse pour remplacer ses F-5 Tiger II vieux de 40 ans et F/A-18 Hornet en service depuis 1997, se porterait sur l’avion de combat français multirôle.

Dans l’appel d’offre suisse, le Rafale est, rappelons-le, en compétition avec trois autres concurrents : les américains F/A-18 Super Hornet de Boeing et F-35 de Lockheed-Martin mais aussi un autre avion européen, l’Eurofighter Typhoon d’Airbus Defense & Space, qui est entré dans la compétition en septembre 2020 avec l’appui de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Italie et de l’Espagne.

Chasseur F18 Hornet des forces aériennes Suisse (FAS)

Chasseur F18 Hornet des forces aériennes Suisse (FAS)

Pour beaucoup d’observateurs, le choix en septembre dernier de l’Office fédéral de l’armement (armasuisse) du système SkyView de Thales pour moderniser FLORAKO le système de surveillance et de gestion de l’espace aérien des Forces aériennes suisses ; de même que la rencontre entre la ministre française des Armées, Mme Florence Parly, et la conseillère fédérale Viola Amherd courant mars, seraient des signes avant-coureurs d’un potentiel choix de Berne en faveur du Rafale de Dassault Aviation.

Autre indice, les bonnes relations qu’entretiennent déjà les deux pays, notamment depuis la commande par l’hexagone de l’avion d’entraînement «Swiss made» PC-21 de l’avionneur Pilatus, qui équipe depuis 2018 la France pour la formation de ses élèves pilotes de chasse avant de passer sur Rafale.

Pilatus PC-21 de l'Armée de l'Air à Cognac

Cet appareil à turbopropulseur de conception moderne, avait justement été choisi par Paris du fait de la grande similitude entre les systèmes présents sur PC-21 et ceux présents sur avion d’arme français (Rafale et Mirage 2000).

Cockpit du Pilatus PC21

Cockpit du Pilatus PC21

«Le cockpit n’est pas organisé de la même façon, les commandes ne sont pas au même endroit néanmoins les logiques qui sont à l’œuvre et l’interface entre le pilote et son système d’arme sont voisines (…) même si les affichages et la disposition différent les réflexes seront là» expliquait en 2018 à notre rédaction le Commandant de l’escadron d’instruction en vol 1/13 «Artois», au moment de la mise en service des PC-21 sur la base aérienne 709 de Cognac (France).

Si la vente de 30 à 40 appareils se concrétise, le pays deviendrait le 6e client export du Rafale, après l’Egypte, l’Inde, le Qatar, la Grèce et la Croatie. L’Armée de l’Air et la police aérienne suisse devraient alors recevoir les nouveaux avions entre 2025 et 2030.

Le choix du futur avion de combat de la Suisse doit être officialisé par Berne le 23 juin.

Rafale sur le stand Dassault au Bourget

 

Après l’officialisation le 28 mai 2021 de la vente de 12 Rafale à la Croatie, l’avion de combat de Dassault Aviation est toujours en compétition dans plusieurs pays : en Inde est envisagé l’acquisition de 110 aéronefs, aux Emirats arabes unis 36 avions, en Finlande 64 aéronefs, en Indonésie pour 36 exemplaires et en Ukraine pour 6 à 12 avions.

Separateur fin article

/// Défense : la Croatie sélectionne le Rafale et acquiert 12 appareils

/// Le Sonaca 200 décroche la certification des Forces aériennes suisses

visuels : Dassault Aviation, V.Massé, Pilatus et ACTU AERO

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

2 réflexions sur “/// Défense : commande bien engagée de 30 à 40 Rafale pour la Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *