Arianegroup, une coentreprise détenue à parts égales par Airbus et Safran, a annoncé la suppression d’un maximum de 600 postes en France et en Allemagne ainsi que le transfert de la production du nouveau moteur réallumable Vinci qui équipera Ariane 6 de l’usine historique de Vernon (dans l’Eure) vers Ottobrunn en Allemagne. 

Si aucun des sites industriels du groupe ne devraient fermer, selon les informations publiées le 22 septembre par le journal Challenges, la réorganisation du groupe pour réduire les coûts de production comprend le départ volontaire de 600 salariés sur plusieurs années.

Suite à l’accord entre Paris et Berlin signé en juillet dernier pour le financement des lanceurs européens et d’Ariane 6, dont le premier vol est prévu en 2022, le journal LesEchos indiquait qu’ArianeGroup estimait avoir 2.500 emplois en trop.

Le moteur, un élément clef pour un lanceur spatial

Depuis que l’Europe s’est lancée dans les années 60 dans la course à l’espace, le savoir-faire français en matière de motorisation a notamment fait le succès des fusées européennes, en particulier des lanceurs lourds de la famille Ariane. 

VA246 Decollage

Décollage d’un lanceur Ariane 5 en 2018

Le moteur-fusée français Viking développé dans les années 1970 pour le 1er étage du projet de lanceur Europa 3, utilisé par la suite sur les 1er et 2ème étages des fusées Ariane 1, 2, 3 et 4, a été construit par la Société européenne de propulsion (SEP), absorbée depuis par Snecma, puis ArianeGroup. 

La SEP, puis la Snecma, a également produit la famille de moteur-fusée cryogénique HM-7. Une famille utilisée pour le 3ème étage du lanceur Ariane 1, 2, 3, 4 mais aussi pour Ariane 5 en version ECA. Le développement du moteur Vulcain qui équipe le 1er étage d’Ariane 5, et bientôt d’Ariane 6 das une nouvelle version plus puissante, a lui débuté en 1988.

Ariane 6

Ariane 6

Le site de Vernon a enfin développé le nouveau moteur Vinci, qualifié en 2018, et qui équipera bientôt la très attendue Ariane 6. C’est le remplaçant des HM-7B mais en plus puissant et surtout réallumable à quatre reprises pour permettre, entre autres, de désorbiter le dernier étage du lanceur des orbites opérationnelles.

Le moteur Vinci sur le site d'Ottobrunn

Le moteur Vinci sur le site d’Ottobrunn

La production de certains éléments du moteur Vinci en Allemagne a en réalité débuté sur le site d’Ottobrunn dès juillet 2017 et de nombreuses petites et moyennes entreprises (PME) allemandes contribuent au projet.

✅ Pour en savoir plus vous pouvez revoir (jusqu’au 16/10/21) le reportage passionnant diffusé sur France 5 « Ariane, une épopée spatiale »

Separateur fin article

/// Ariane 5 lancera le télescope spatial James Webb le 18 décembre

/// Arianespace attaque 2021 avec 3 ans d’activité dans son carnet de commandes

visuels : DLR, ESA, CNES, Arianespace

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *