Semaine évènement pour la compagnie aérienne japonaise All Nippon Airways (ANA) qui recevra officiellement ce mercredi 13 septembre son 3e et dernier exemplaire d’Airbus A380 baptisé « Ka La », dont la livraison a été reporté de 6 mois en raison de la pandémie.

L’appareil [MSN 266 – JA383A] qui arbore sa délicieuse livrée orange a repris depuis la fin de l’été ses vols d’essais à Toulouse et se prépare maintenant à rejoindre vendredi le pays du soleil levant où l’attendent à Tokyo ses deux compatriotes aux couleurs des tortues hawaiiennes Lani (le bleu) et Kai (le vert).

Son décollage de Toulouse est prévu pour vendredi 15 septembre en fin de journée, autour de 17h30 heure locale (15h30 UTC).

Cette réception d’A380 pour ANA est aussi l’antépénultième livraison de Super Jumbo que fera Airbus avant celles des deux derniers exemplaires d’Emirates, attendus en flotte avant la fin de l’année.

Au moment ou certains transporteurs remettent en selle le Super Jumbo sur des itinéraires fréquentés de manière à profiter du regain de la demande de voyage de fin d’année, l’arrivée dans la flotte ANA d’un troisième A380, qui rappelons-le est calibré pour la desserte du marché entre le Japon et Hawaï, est elle vraiment opportune ?

Le pays sort à peine de sa torpeur COVID et d’une troisième vague de contamination plus forte que les précédentes durant l’été. Que va faire cet avion dans un marché en pleine convalescence ?  On fait le point…

Dimensionné pour le marché hawaiien

Les Super-Jumbo d’ANA peuvent chacun accueillir jusqu’à 520 passagers à bord et bénéficient des cabines « Fly Honu » proposant quatre classes de service avec 8 sièges First Class, 56 sièges Business Class, 73 sièges Premium Economy et 383 sièges Economy Class, dont 60 sièges « ANA Couchii » convertibles en banquette-lit.

Ces trois A380 sont exclusivement dédiés au service aérien entre le Japon et Hawaï, un marché très fréquenté par les familles japonaises, notamment en fin d’année, et l’un des plus dynamiques de la région Asie-Pacifique avant la crise sanitaire.

/// ANA dévoile les cabines de ses A380 « FLYING HONU »

Dans sa stratégie ANA devait utiliser l’A380 pour accélérer sa croissance et passer de 15 à 25% de parts de marché sur la desserte d’Honolulu au départ du Japon. L’appareil, de part ses capacités, devait permettre à ANA de proposer en A380 14 vols par semaine (2 vols par jour) entre Tokyo Narita et Honolulu, en récupérant au passage de précieux créneaux horaires (slot) dans la capitale hawaïenne.

Pour ce faire, le transporteur nippon avait même ouvert à l’aéroport d’Honolulu le plus gros salon Business, entièrement réservé à sa clientèle, offrant l’avantage aux voyageurs de classe affaires d’embarquer directement dans l’A380 en passerelle depuis le salon ANA.

Le plus gros appareil commercial au monde avait ainsi débuté sa carrière sur la ligne Tokyo Narita – Honolulu en mai 2019, six mois avant l’arrivée du Covid-19 et l’effondrement du trafic aérien mondial, mais la crise sanitaire est arrivée et les frontières se sont rapidement fermées au printemps 2020, laissant les A380 d’ANA sans passagers. Désœuvrés, comme tant d’autres avions sur la planète, ils sont restés parqués de nombreux mois sur le tarmac tokyoïte en attendant un retour à bonne fortune.

Depuis la fin septembre, le Japon envisage de lever au moins partiellement l’état d’urgence lié au Covid-19. En conférence de presse, le ministre chargé de la lutte contre le virus déclarait alors à propos des contaminations qu’elles « connaissent un certain recul dans tout le pays et que les indicateurs à Tokyo se sont nettement améliorés ».

Hasard ou coïncidence avec ce recul, en septembre nous avons observé que l’un des A380 ANA était régulièrement déployé entre Tokyo Narita et l’île de Sapporo, une route domestique très fréquentée. Pour quelle raison se trouvait-il sur cet itinéraire ? Est-ce une chose amenée à se reproduire ou à se pérenniser ? Voilà de quoi nous intriguer, notamment en gardant à l’esprit les particularismes du marché intérieur japonais, seul marché au monde où un transporteur peu déployer sur une route domestique un Boeing 747 densifié.

Quel programme pour les A380 ?

Alors que la vaccination avance dans le monde, que les frontières s’ouvrent progressivement et que les voyageurs de loisirs comme d’affaires reprennent la direction des salles d’embarquement, les conditions de reprise du marché sont elles aujourd’hui réunies pour faire voler à nouveau des A380 au Japon et quel usage pour 3 Super Jumbo dans un marché en convalescence ? Nous avons directement posé la question à ANA.

/// ACTU AERO : Quand envisagez- vous de reprendre les vols en Super Jumbo vers Hawaï ? Les perspectives pour la saison d’hiver sont-elles suffisantes pour mobiliser les 3 avions en même temps ?

ANA : Depuis le début de la pandémie de COVID-19, nous n’avons exploité l’A380 sur la ligne Narita – Honolulu qu’à l’occasion de deux vols aller-retour en août. Bien que nous envisagions d’exploiter le 3e A380 sur nos vols entre le Japon et Hawaï, nous n’avons pas encore de calendrier pour son déploiement sur la ligne. Nous suivrons de près la demande, ainsi que les directives en matière d’immigration et les mesures de santé publique mises en place par les gouvernements respectifs. 

Nous utilisons actuellement le Boeing 787 sur notre ligne Haneda – Honolulu mais n’exploitons pas la ligne Narita – Honolulu en ce moment.

Entre-temps, nous chercherons des moyens de mettre en valeur l’avion lors d’événement tel que le « Restaurant Flying Honu», où, par le passé, nous avons invité des clients à dîner sur des A380 en stationnement, ce qui a été pour nous une excellente occasion de communiquer avec nos clients. Le Flying Honu rencontre un franc succès au Japon. D’autres événements de restauration à bord du Flying Honu sur le tarmac de Narita sont programmés les 10 et 17 octobre 2021. Le tarif découverte et repas en classe économique est fixé à 9800 yens, environ 75€.

Bien que nous ne prévoyons pas d’exploiter régulièrement l’A380 sur la ligne Narita – Honolulu au cours des prochains mois, compte tenu de la demande et des conditions actuelles de voyage, nous recherchons les possibilités de faire voler l’A380 pendant quelques jours de haute saison, comme nous l’avons fait en août.

/// ACTU AERO : Au regard des vols opérés ces dernières semaines en A380 sur des routes domestiques très fréquentées, est-il envisageable, à ce stade, de le laisser provisoirement en place sur le marché intérieur voire de le pérenniser à moyen terme ?

ANA : Nous avons utilisé les deux A380 pour des vols charters intérieurs sur des lignes telles que Narita – Sapporo et Narita – Okinawa, ainsi que pour de nombreux « vols d’expérience » au cours desquels les clients peuvent profiter de quelques heures de vol sur l’A380 sans avoir à voyager. Ces programmes ont été très populaires auprès de nos clients. Les vols charters entre Narita et Sapporo le 18 septembre, et de Sapporo à Narita le 20 septembre ont été réalisés dans le cadre d’un programme d’excursion unique offert aux membres de notre ANA Mileage Club.

Il s’agissait de vols charters, nous ne prévoyons pas d’exploiter l’A380 dans un programme de vols réguliers sur les lignes intérieures.

Separateur fin article

/// British Airways : retour des A380 et négociations pour une low-cost

/// Qatar Airways revient à Paris en A380 avec une 3e fréquence quotidienne

visuels : N.Selleti, F.Péraudeau et Hendrik S – reproduction interdite

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Une réflexion sur “/// Le 3e Airbus A380 rejoint la flotte ANA : mais pour quoi faire ?

  1. Pour répondre à la question du titre, ANA a commandé cet avion à Airbus bien avant la pandémie. Il a été payé l’année dernière et il est logique que cet avion soit livré quelque soit les circonstances du moment. Il sera sans doute parqué à Tokyo comme les deux autres en attendant des jours meilleurs. La plupart des compagnies aériennes américaines se font livrer des avions neufs pour être ensuite parqués dans les déserts de l’Oncle Sam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *