Le groupe aéronautique américain a publié la semaine dernière son deuxième bénéfice trimestriel consécutif grâce à la reprise du trafic aérien mondial qui a permis l’accélération des livraisons de ses monocouloirs 737 MAX. Ce second trimestre bénéficiaire consécutif reste limité en raison des charges exceptionnelles qui pèsent sur les programmes 787 et de la capsule spatiale Starliner.

Le chiffre d’affaires du troisième trimestre s’est établi à 15,3 milliards de dollars pour le géant américain qui publie un résultat d’exploitation de 329 millions de dollars sur le trimestre écoulé, en comparaison aux 401 millions de dollars de perte l’an dernier à la même période. Des retards et des développements imprévus sur la capsule spatiale Starliner, que le groupe développe dans le cadre du programme stable  de la NASA Commercial Crew, ont nécessité une charge exceptionnelle de 185 millions de dollars ce trimestre.

La hausse des livraisons de 737 MAX qui compense partiellement la baisse des livraisons de 787, permet à la division Aviation Commerciale de Boeing (BCA) de réaliser un chiffre d’affaires de 4,5 milliards de dollars (+24%) au troisième trimestre. Cette dernière a enregistré 93 nouvelles commandes nettes sur la période et termine le trimestre avec un carnet de commandes total de 290 milliards de dollars. Le carnet de commandes total de Boeing totalisait fin septembre un montant de 367 milliards de dollars de commande.

Depuis que l’Administration fédérale de l’aviation américaine (FAA) a autorisé le retour en service du MAX en novembre 2020, Boeing a livré plus de 195  exemplaires de son monocouloir et ses clients ont remis en service commercial plus de 200 appareils cloués au sol.

/// L’Inde autorise le Boeing 737 MAX à reprendre les vols

Le programme compte aujourd’hui 31 compagnies aériennes qui exploitent le 737 MAX, actuellement produit à 19 exemplaires par mois. Un rythme de production qui devrait grimper à 31 appareils par mois en début d’année prochaine mais le Groupe évalue actuellement de nouvelles augmentations de cadence de production pour satisfaire la demande d’avions neufs plus économes en carburants.

Cette hausse de production de 737 pourrait être un des facteurs susceptibles de débloquer une grosse commande de Ryanair, actuellement en pourparler avec Boeing pour une commande de MAX 10 à plusieurs milliards de Dollars. Une commande pour l’instant bloquée par la hausse de tarifs à deux chiffres annoncée par Boeing sur son monocouloir cette année qui suscite l’échauffement du directeur général de la low-cost irlandaise en s’ajoutant aux délais de livraison rallongés pour 65 avions en commande à expliqué Michael O’Leary durant un point avec les investisseurs.

La production du 787 est au ralenti en raison des inspections et réparations de défauts structurels imposées par la FAA qui oblige le constructeur à provisionner une somme d’environ 1 milliard de dollars, dont 183 millions enregistrés au cours du trimestre, pour couvrir « des coûts anormaux ».

L’avionneur produit environ deux aéronefs par mois dans son usine de Caroline du Sud et prévoit de maintenir cette cadence jusqu’à la reprise des livraisons, avant de recouvrer progressivement un rythme mensuel, encore faible, de cinq exemplaires produits par mois.

Au troisième trimestre, la division Aviation commerciale (BCA) a engrangé des commandes portant sur 70 exemplaires du 737 MAX, 24 avions de transport de fret et 12 Boeing 787 Dreamliner. La division BCA a livré 85 avions ; son carnet de commandes compte plus de 4 100 appareils représentant une valeur de 290 milliards de dollars.

Separateur fin article

/// 8 700 avions neufs et 405 000 embauches en Europe d’ici 2040 estime Boeing

/// 737 MAX : la justice américaine inculpe un ancien pilote d’essai de Boeing

visuel : American Airlines

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *