L’avionneur européen s’apprête à réaliser la dernière livraison d’un A380 neuf pour le compte de son client Emirates. Une livraison hautement symbolique qui marquera la fin du mythique programme de gros-porteur à double pont. 

Elle se fera demain jeudi 16 décembre 2021 en milieu de journée depuis le site Airbus de Hambourg dans la plus grande discrétion en raison des restrictions actuellement en place en Allemagne pour l’accueil du public et sans doute aussi pour des motifs économiques, au moment où les compagnies aériennes peinent à garder la tête hors de l’eau face aux sursauts épidémiques des différents variants.

La remise de cet appareil qui porte le MSN272, assemblé à Toulouse comme ses prédécesseurs, sera donc l’ultime livraison de Super Jumbo neuf. Elle symbolise l’arrêt de la production et du programme A380 lancé dans les années 1990 sous le nom de code A3XX, avec à sa tête un seul directeur de programme ; une première.

A380 - Airshow par sagesolar sous (CC BY 2.0)

L’A380 restera ainsi un des emblèmes de l’unification de l’industrie aéronautique européenne pour créer le géant et aujourd’hui leader mondial qu’est devenu Airbus.

Emirates confiant dans l’A380

Si la compagnie aérienne basée à Dubaï n’était pas client de lancement du Super Jumbo, il restera le plus gros acheteur du programme et le plus grand opérateur d’A380 au monde, avec 123 exemplaires livrés en comptant le dernier, sur un total de 251 unités vendues par le constructeur européen.

Le départ de Hambour du MSN272 est prévu jeudi 16 décembre, avec décollage programmé à 16h00 CET qui sera suivi d’un passage à basse altitude au dessus de l’aéroport.

Découvrez ci-dessous quelques images de la construction du dernier A380.

 

En novembre dernier, Emirates a mis en déconstruction A6-EDA, le premier A380 à avoir rejoint sa flotte. Au cours de sa carrière qui a pris fin en mars 2020 l’avion a visité 62 aéroports dans le monde et réalisé quelque 6 319 vols.

/// Emirates recycle son 1er A380 en objets de collections

Pour autant, le transporteur n’a pas profité de la période de pandémie pour mettre au rebut le Super Jumbo, qui reste l’une des pierres angulaires de sa stratégie de hub, mais en a au contraire profité pour rappeler son attachement à cette formidable machine particulièrement plébiscitée par les voyageurs.

« L’A380 est un avion vraiment spécial à bien des égards. Pour Emirates, il nous a donné l’occasion de redéfinir l’expérience de voyage, de répondre efficacement à la demande dans les aéroports où les créneaux horaires sont limités et de soutenir la croissance de notre réseau. » a déclaré Tim Clark, Président d’Emirates Airline, « L’A380 restera le produit phare d’Emirates pour les années à venir, et un pilier essentiel de nos plans de réseau. »

La compagnie entend en effet pouvoir faire voler l’A380 jusqu’au milieu des années 2030, soit encore près de 15 ans avant sa mise en retraite chez l’opérateur.

La compagnie a justement annoncé courant novembre la refonte des cabines de la flotte A380 avec l’introduction pour la première fois d’une classe Premium Eco. Ce vaste plan de modernisation cabines concerne 105 appareils de sa flotte long-courrier, parmi lesquels 52 A380 qui recevront 56 sièges Premium Economy installés à l’avant du pont principal en configuration 2-4-2.  

/// Emirates introduit une Premium Economy dans 105 A380 et B777

Notez que les 6 derniers A380 d’Emirates, dont le MSN272, lui ont été livrés avec des cabines aménagées en quatre classes. Ce nouvel agencement sera exploité sur Francfort, Londres Heathrow, New York JFK et Paris d’ici la fin décembre 2021.

En vol pour de nombreuses années

Depuis sa mise en service, la flotte mondiale d’A380 a effectué plus de 800 000 vols et transporté plus de 300 millions de passagers partout sur la planète. Si la production du géant des airs touche bel est bien à sa fin, l’A380 devrait continuer à voler pendant au moins deux décennies. 

Airbus A380 au décollage de Toulouse

Airbus A380 au décollage de Toulouse

Airbus continuera à soutenir les exploitants et leurs flottes et conserve à cet effet le prototype, pour servir de banc d’essais à de potentiels développements dans le futur, de même que des outils et moyens spécifiques à la machine alors que la FAL A380 de Toulouse produira bientôt des avions de la famille A3201neo.

/// Qantas termine le réaménagement cabine d’un premier A380

Une prouesse technologique et industrielle

Lancé en 2000 pour satisfaire une demande alors largement surestimée, l’avion commercial le plus grand du monde et seul appareil à double pont complet a effectué son premier vol en avril 2005 et connu sa première livraison en 2007 pour la compagnie Singapore Airlines.

Comme son prédécesseur quadriréacteur le Boeing 747, qui a mis une quinzaine d’années avant de voir son carnet de commandes décoller, l’A380 a connu un lancement commercial décevant. Pourtant le géant européen est une véritable prouesse technologique et industrielle, de sa conception jusqu’à la logistique complexe mise en œuvre pour acheminer les différents éléments de la structure vers la FAL (ligne d’assemblage finale) de Toulouse-Blagnac.

Suivre Airbus Industrie Airbus A380-861 cn 004 F-WWDD

 En avance sur son temps à l’époque de son lancement, l’A380 s’est retrouvé rapidement confronté à une concurrence de plus en plus forte des appareils long-courriers de nouvelle génération ayant seulement 2 réacteurs, bien moins gourmands en carburant, moins chers en terme de maintenance, plus facile à opérer et surtout à rentabiliser. C’est pourtant l’A380 qui avait ouvert la voie à un grand nombre d’innovations reprises dans des programmes plus récent comme l’A350 et A330, avec notamment l’introduction de glass cockpit ou la présence accrue d’élément en matière composite.

Alors qu’en 50 ans Boeing a réussi à livrer 1572 unités toutes versions confondues (chiffre fin janvier 2019), Airbus ne sera parvenu qu’à livrer que 251 exemplaires de l’A380 en 18 ans. Sur la même période, Boeing ne s’en sort en réalité pas beaucoup mieux avec 269 B747 vendus, dont 150 en version -8 parmi lesquels 147 ont déjà été livrées (47 pour le transport de passagers et 100 pour le transport de marchandises). L’avionneur américain prévoit de stopper la production des 747-8 en 2022.

Selon les observateurs économiques, le programme aurait coûté entre 20 et 25 milliards d’euros à Airbus depuis son lancement.

Separateur fin article

/// À contrecœur, Qatar Airways remet ses Airbus A380 en service

/// ANA reçoit son 3e A380 dans un marché en convalescence

visuel : Airbus, Math20eme, Eurospot, sagesola et ACTU AERO

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *