Hier soir à 21h47 heure française, le lanceur Falcon 9 de SpaceX a décollé de la base aérienne de Vanderberg, en Californie, avec sous la coiffe pour cette mission cinq satellites de télécommunications Iridium NEXT et deux satellites jumeaux GRACE-FO consacrés à l’étude de la gravité terrestre.

Quelques 11 minutes après le décollage du lanceur Falcon 9, les deux satellites jumeaux GRACE-FO, d’une masse d’environ 600 kg chacun, se sont libérés de leur module séparateur et ont transmis leur premier rapport à la station sol de McMurdo, en Antarctique.

/// Cartographier le champ gravitationnel de la Terre

La mission GRACE-FO prévue pour une durée nominale d’au moins cinq ans est une coopération entre la NASA et le Centre allemand de recherche en géosciences (GFZ) de Potsdam, près de Berlin. Les mesures précises de la distance qui sépare les satellites jumeaux évoluant sur une orbite polaire basse coplanaire serviront à créer des modèles mondiaux à haute résolution du champ gravitationnel de la Terre, fournissant des informations précises sur le mouvement des masses, et en particulier des masses d’eau, à la surface du globe.

Après leur mise à poste sur leur orbite opérationnelle, les deux satellites graviteront autour de la Terre sur une orbite polaire à environ 490 km d’altitude, et à 220 km l’un de l’autre. Grâce à un instrument à micro-ondes, les satellites mesurent en permanence et avec une précision de l’ordre de quelques microns la distance qui les sépare. Simultanément, un accéléromètre très précis construit par l’ONERA, en France, détermine l’effet de forces non gravitationnelles, telles que la traînée atmosphérique et les radiations solaires. Ces données permettent de générer tous les mois des cartes des fluctuations du champ gravitationnel de la Terre, à travers l’observation des mouvements de l’eau, de la glace et des terres émergées.

La mission GRACE-FO prend le relais de la mission GRACE précédente (2002-2017), qui est également un partenariat entre les États-Unis et l’Allemagne, dans cette surveillance climatique essentielle. Chaque satellite fournira quotidiennement jusqu’à 200 profils de la répartition thermique et de la teneur en vapeur d’eau de l’atmosphère et de l’ionosphère afin de faciliter les prévisions météorologiques.

/// 6e lancement réussi pour Iridium® NEXT

Depuis cette nuit 55 satellites Iridium® NEXT sont désormais en orbite. La sixième grappe de 5 satellites Iridium® NEXT a elle aussi été mise sur orbite avec avec succès hier soir. Thales Alenia Space est maitre d’œuvre du programme Iridium® NEXT, en charge de l’ingénierie, de l’intégration, et de la validation en orbite des 81 satellites Iridium® NEXT.

La constellation  Iridium® Next offrira  une connectivité mondiale grâce à 66 satellites interconnectés et exploités depuis une altitude de 780 km, complétés par 9 satellites de rechange placés en orbite de parking et six satellites additionnels stockés au sol. Ce réseau global fournit ainsi une capacité inégalée pour des communications en mouvement (personnes, véhicules, avions, bateaux), fonctionnant sur une couverture mondiale globale intégrant les pôles et les océans. Les deux prochaines grappes de 10 satellites Iridium® NEXT sont en cours de finalisation et seront très prochainement disponibles pour les lancements 7 et 8 d’ici la fin de l’année 2018.

/// [vidéo] Revoir le lancement de Falcon 9

visuels : SpaceX – Airbus et Thales Alenia Space

AAF /// END /// LES DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *