Les trois partenaires dans le sauvetage financier et commercial du programme canadien d’avion nouvelle génération de 100 à 150 sièges, annoncent aujourd’hui la finalisation de l’accord qui entrera en vigueur le 1er juillet prochain. Toutes les autorisations règlementaires nécessaires à la conclusion de cet accord ont été obtenues.

Cet accord entérine la prise par Airbus d’une part majoritaire dans la Société en commandite Avions C Series (SCACS) et l’établissement du siège du partenariat, de l’équipe dirigeante et de la principale chaîne d’assemblage final à Mirabel, au Québec, ou environ 2200 employés et sous-traitants vont soutenir la chaîne d’approvisionnement mondial du C Series.

CS100 Bombardier

Autre point crucial, la création d’une deuxième chaîne d’assemblage final sur le territoire américain à Mobile, en Alabama, ou Airbus dispose déjà d’une chaîne d’assemblage pour sa gamme de monocouloir de la famille A320, destinée à satisfaire prioritairement les clients américains du C Series. Cette décision, qui s’appuie également sur l’importance pour le marché US de fabriquer sur le territoire en soutenant le tissu économique local et celui de l’emploi, se justifie surtout par la croissance attendue du marché des avions C Series.

/// Un marché potentiel de 6000 avions

Le programme C Series poursuit sa montée en cadence. Après 17 avions livrés en 2017 l’objectif est de doubler les livraisons en 2018. Ce partenariat qui réunit deux gammes complémentaires d’avions sur le segment du marché des 100 à 150 sièges, devrait représenter plus de 6000 avions sur les 20 prochaines années.

CS300 A320NEO

Initialement annoncé en octobre 2017, ce partenariat a été initié à l’origine entre Bombardier et Investissement Québec (IQ), mais le rapprochement avec le géant européen permettra au programme de bénéficier de la portée et de la présence mondiale d’Airbus, ainsi que de son expertise en matière de vente, de marketing, d’achats, de logistique et de production. Airbus travaillera ainsi avec ses partenaires Bombardier et IQ pour de valoriser pleinement le potentiel du C Series et d’apporter beaucoup plus de valeur aux clients, fournisseurs, employés et actionnaires, ainsi qu’aux collectivités.

/// Accompagner le financement jusqu’en 2020

Comme annoncé précédemment, Bombardier continuera son plan actuel de financement de SCACS mais la clôture anticipée du partenariat modifie l’échéancier. Si nécessaire, Bombardier financera les déficits de trésorerie de SCACS au cours du second semestre 2018, jusqu’à un maximum de 225 millions $ US; jusqu’à un maximum de 350 millions $ US en 2019; et jusqu’à un montant total maximum de 350 millions $ US au cours des deux années suivantes, en échange d’unités participantes de SCACS avec droit à un dividende annuel cumulatif de 2 %. Dans un communiqué, les partenaires précisent que tout déficit de trésorerie excédentaire enregistré au cours de ces périodes sera partagé proportionnellement entre les porteurs d’actions classe A de SCACS. De plus amples informations financières sur l’opération seront fournie plus tard cette année.

visuels : Bombardier et Airbus

AAF /// END

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

Exprimez-vous en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.