Initialement prévu pour le 21 août, le vol Vega VV12 a été reporté en raison de conditions météorologiques défavorables au-dessus du Spaceport en Guyane française et le cinquième décollage de l’année pour Vega est maintenant programmé ce mercredi 22 août 2018. Aeolus, le satellite de mesure des vents de l’ESA qui est encapsulé dans la coiffe du lanceur Vega, est lui aussi prêt pour sa mission.

/// Revoir le lancement :

Fabriqué par Airbus, Aeolus sera le premier satellite capable d’observer le profil des vents à l’échelle du globe, et ce tous les jours en quasi temps réel. Ce satellite de 1,4 tonne embarque à son bord un instrument unique de type lidar Doppler baptisé Aladin (Atmospheric LAser Doppler INstrument). Aeolus sondera l’atmosphère à l’aide de lasers ultraviolets novateurs, permettant de mieux comprendre les dynamiques et processus tropicaux qui influent sur le changement climatique et fournira les données nécessaires pour améliorer la qualité des prévisions météorologiques, en contribuant aux recherches climatologiques sur le long terme.

Pour remplir sa mission, Aeolus effectuera 15 rotations quotidiennes autour de la Terre et livrera les données aux utilisateurs dans les deux heures suivant la dernière mesure de chaque orbite. Conçu pour une durée de vie nominale de trois ans, le satellite évoluera en orbite à 320 km d’altitude avec une revisite de 7 jours (toutes les 111 orbites).

/// Date et horaires du lancement :

Le décollage du lanceur Vega avec Aeolus à son bord est prévu ce mercredi 22 août 2018, à précisément :

  • 17h20min09s, Heure de Washington DC,
  • 18h20min09s, Heure de Kourou,
  • 21h20min09s, Temps Universel (UTC),
  • 23h20min09s, Heure de Paris.

La durée nominale de la mission du décollage à la séparation du satellite sera de 54 minutes et 57 secondes.

L’orbite visée pour la mission est SSO Héliosynchrone. Une orbite géocentrique légèrement rétrograde qui permet de conserver un angle quasi constant entre le plan d’orbite et la direction du Soleil. Ce type d’otite est notamment utiliser par des satellites d’observations photographiques en lumière visible car elle permet aux satellites de passer au-dessus d’un point de la surface Terrestre à la même heure solaire locale en conserver un éclairement solaire presque inchangé d’un passage à l’autre.

visuel : ESA / CNES

AAF /// END

/// DERNIERS ARTICLES


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *