Arianespace vient de signer avec ArianeGroup la commande des 14 premières Ariane 6 de série. Parallèlement Arianespace annonce avoir été sélectionnée par exactEarth pour mettre en orbite le satellite ESAIL dans le cadre du vol de démonstration du service de lancement de petits satellites SSMS (Small Spacecraft Mission Service) à bord de Vega. Ce vol de démonstration est désormais complet avec 42 charges utiles qui seront lancées simultanément depuis Kourou cette année.

Ariane 6

La production des 14 premiers lanceurs Ariane 6, qui voleront entre 2021 et 2023 en parallèle des huit exemplaires du dernier lot d’Ariane 5 a donc débuté sur les différents site notamment en France, en Allemagne et en Italie. Le projet Ariane 6 mobilise les partenaires industriels européens des 13 pays qui participent au programme. Les premières Ariane 6 de série sortiront des usines dès le début 2021, après le premier vol du nouveau lanceur lourd européen qui est prévu en 2020 en version Ariane 62.

Déclinée en deux versions 62 et 64 et équipé du moteur Vinci ré-allumable, Ariane 6 pourra accomplir des missions variées à la fois pour satisfaire les attentes des clients institutionnels et du marché commercial. Ariane 62, avec 2 boosters à poudre P120 communs avec Vega-C fabriqué par Avio, et Ariane 64 équipé de 4 boosters à poudre P120C pour les charges les plus lourdes et les orbites les plus éloignés.

/// VEGA boucle son vol de démonstration

Le vol de démonstration VEGA sera la première mission du nouveau service de lancement de petits satellites (SSMS), qui doit répondre aux besoins institutionnels et commerciaux du nouveau marché prometteur des microsatellites sur la base de lancements partagés pour réduire le cout d’accès à l’espace.

Le premier vol embarquera 42 charges utiles dont le satellite ESAIL qui sera placé sur une orbite héliosynchrone à 515 km pour intégrer la constellation d’exactEarth, qui compte actuellement plus de 60 charges utiles de suivi maritime hautes performances dans le monde.

microsatellite ESAIL

microsatellite ESAIL

D’un poids de 110 kg, le microsatellite ESAIL bénéficie d’une configuration à antennes-récepteurs multiples optimisée pour la détection planétaire des messages AIS et la capture du spectre haute résolution. Développé et construit par Luxspace, maître d’œuvre du satellite à la tête d’une équipe d’industriels européens, ESAIL permettra de faire la démonstration de futurs services avancés tels que la réception de messages VDES (VHF Data Exchange System). ESAIL a bénéficié du soutien de l’ESA (ESTEC) dans le cadre du programme ARTES 21 SAT-AIS (SATellite Automatic Identification System).

microsatellite ESAIL

microsatellite ESAIL

— Les prochains RDV de lancements spatiaux —

  • 17 mai 2019 : Proton M/Briz M depuis Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan / Charge utile : Blagovest 14L
  • 27 mai 2019 : Space-X Falcon 9 V1.2 depuis Cape Canaveral – USA / Charge utile : AMOS 17
  • 31 mai 2019 : Proton M/Briz M depuis Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan / Charge utile : Yamal 601 (conçu par Thales Alenia Space)

—♦—

/// Arianespace lancera le satellite japonais BSAT-4b en 2020

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

AAF /// ENDvisuels : Arianespace et ESA



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *